* MAL DES TRANSPORTS *
(Mal de mer, en avion, en automobile, de montagne)

Mots-clés : Mal des transports, Mal de mer, en avion, en automobile, de montagne, cinétose, naupathie, cinépathie, ochopathie, méclozine, dimenhydrinate, diacéfylline, cocculus, métopimazine, Nux vomica, Citrus aurantium dulcis, Mentha piperita, Agyrax, Nausicalm, Mercalm, Nautamine, Cocculine, Vogalib, Céphyl, Zestocalm | Rédaction - Actualisation de cette page : 18 Avril 2017

INDICES
légende
le mal de mer, de l'air ou de la route (encore appelé cinétose ou naupathie ou cinépathie ou ochopathie) est un trouble lié aux déplacements, qui provoque un mal être indéfini, une pâleur du visage (quelquefois des sueurs froides, des bâillements, de légers vertiges comme «la tête qui tourne»), puis des nausées et des vomissements ; mais il ne survient pas uniquement lors d'un transport : les pratiquants de planche à voile, de voile et même de plongée peuvent eux aussi souffrir de cette perturbation du centre de l'équilibre (conséquence de la difficulté ou de l'incapacité du cerveau à intégrer les informations contradictoires provenant des différents organes assurant en temps normal l'équilibre)
ACTION
 avant le départ (une demi-heure à une heure avant, parfois même 24 heures avant), prendre un médicament de la famille des antihistaminiques H1 pour prévenir les nausées du mal des transports, seul ou en association avec un autre composant synergique ;
quand les troubles se produisent malgré le traitement antérieur au déplacement, ou bien persistent, la prise peut être renouvelée 6 heures après
 alternativement, prendre un complexe homéopathique spécifique, à visée à la fois préventive et curative
 en cas de vomissements bénins (c'est-à-dire sans fortes douleurs, ni fièvre), associés aux nausées, prendre un anti-émétique de la famille des phénothiazines, après la première crise
 en cas de douleur ou mal de tête associé à la nausée, prendre un antalgique avec de la noix vomique et belladone
  • respirer des huiles essentielles (cela peut apporter un soulagement chez certaines personnes)
  •  essayer de maintenir la tête en arrière, immobile, les yeux ouverts (cela peut apporter un soulagement chez certaines personnes)
     être prévoyant : emporter des sacs en papier en cas de vomissement, des mouchoirs en papier, des lingettes en papier aux parfums rafraîchissants
    PRÉVENTION en voiture (ou en car), se placer devant et regarder le plus souvent possible un point éloigné, par exemple la ligne d'horizon, demander au conducteur une conduite plus souple sans à-coup (surtout dans les virages ou pour les accélérations), ne pas lire, ne pas jouer à une console électronique (ne pas taper de long message sur téléphone mobile, ne pas fixer longuement l'appareil de pointage géographique GPS), ne pas fermer les yeux, ne pas pencher la tête en avant ;
    en bateau, prendre la mer par temps calme (autant que possible), passer de longs moments à l'extérieur (si possible tout le trajet, s'il est court), en marchant de l'avant vers le milieu (et retour), sinon se placer au centre près du pont ;
    en avion, préférer une place vers le milieu (au niveau des ailes) ;
    dans tous les cas, bien dormir la veille du voyage, proscrire avant le trajet les repas copieux, le café, les boissons alcoolisées ou gazeuses, éviter le lait entier, les graisses difficiles à digérer, mais manger légèrement et régulièrement pendant le trajet (une nourriture solide plutôt que liquide)
    COMMENTAIRES affection très fréquente (1 personne sur 3, au moins une fois, notamment enfant), mais irrégulière et imprévisible
    presque tous les médicaments disponibles induisent -plus ou moins- une somnolence (donc vérifier la notice et le cas échéant, ne jamais conduire après la prise, et surtout ne pas boire d'alcool en même temps, ce qui potentialise le risque)
    se rappeler que le mal de mer peut se produire même par temps calme (mer plate) et que le mal de la route peut se produire même par conduite calme (autoroute) et penser, pour les personnes sensibles (susceptibilité individuelle), à se traiter préventivement
    à savoir pour les personnes très sensibles au mal des transports et chez qui l'automédication est inefficace : un médicament, dénommé Scopoderm TTS, sous forme de patch (dispositif transdermique) à coller derrière l'oreille, est disponible, mais seulement sur ordonnance, car il contient de la scopolamine, un anti-émétique atropinique
    un bracelet anti-nauséeux est également disponible dans certaines pharmacies, fonctionnant sur le principe des points d'acupuncture, mais il n'est pas listé ici, en l'absence d'études scientifiques d'efficacité

    légendesSOLUTIONS D'AUTOMÉDICATION

    PRODUIT COMPOSITION EMPLOI DESCRIPTIF PRIX-CONSEILS
    Agyrax comprimé (méclozine) UCB Pharma : avaler, sans croquer avec un verre d'eau, 1 à 4 comprimés par jour (la première prise, 1 heure avant le départ)    [MED] anti-vomitif antihistaminique de type H1 non sélectif (anti-vertigineux et antiémétique) ; le comprimé est sécable ce qui permet d'adapter la dose en fonction de l'efficacité constatée lors d'un problème précédent ; le produit est remboursable à 30% en cas de prescription médicale (mais avec le forfait à 1 €, le reste à charge éventuel, le temps d'attente ou de prise de rendez-vous, et le coût des déplacements, la consultation doit se justifier médicalement, car elle n'est pas justifiée économiquement) ; note : le prix indiqué ici, arrondi aux 50 cents supérieurs, inclut un honoraire de dispensation de 1.02 € (également remboursable au même taux si prescrit… et non facturable par le pharmacien si pas prescrit, donc non remboursé) [CTJ : 0.5 €. Prix std.: 3 €]
    (15 cpr., sécables) : ne pas conduire ou utiliser de machines dangereuses (risque de somnolence, parfois intense chez certaines personnes, éventuellement potentialisée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs), surtout au cours des heures qui suivent la prise du produit
    [mise-à-jour-produit : 2017-04]
    Nausicalm sirop (dimenhydrinate) Noguès : avaler le contenu d'1 à 2 cuillères à soupe de sirop, une demi-heure avant le départ (renouveler éventuellement au cours du voyage, en respectant un intervalle de 6 heures), sans dépasser 8 cuillères par jour et 2 jours de traitement    [MED] anti-vomitif (arôme caramel) qui peut entraîner une somnolence, plus ou moins intense, selon susceptibilité individuelle (conduite automobile et d'engins interdite) ; également disponible en gélule à 50 mg ; le fabricant-distributeur a changé pour Noguès en 2009 ; médicament présenté en accès libre (libre service) dans certaines pharmacies, mais retiré de cette liste en Novembre 2015 [CTJ : 1.6 €. Prix std.: 6.5 €]
    (flacon, 150 ml) : préférer la forme gélule au cas où l'arome ne convient pas et/ou l'eau d'accompagnement nécessaire est disponible
    [mise-à-jour-produit : 2015-11]
    Mercalm  légende comprimé (dimenhydrinate, caféine) Hepatoum (Sofibel) : avaler 1 à 2 comprimés avec un peu d'eau, une demi-heure avant le départ (renouveler éventuellement au cours du voyage, en respectant un intervalle de 6 heures), sans dépasser 6 comprimés par jour    [MED] anti-vomitif anti-histaminique de type H1 non sélectif (associé à la caféine à dose faible) qui peut entraîner une somnolence, plus ou moins intense, selon susceptibilité individuelle (conduite automobile et d'engins interdite), même avec la présence de caféine dans la composition ; le comprimé est sécable ce qui permet d'adapter la dose en fonction de l'efficacité constatée lors d'un problème précédent ; la produit est proche, mais pas identique à Nautamine ; médicament présenté en accès libre (libre service) dans certaines pharmacies, en Décembre 2014, mais retiré de cette liste en Novembre 2015 [CTJ : 1.6 €. Prix std.: 6 €]
    (15 cpr., 50 mg) : malgré la présence de caféine dans la composition du produit, ne pas conduire ou utiliser de machines dangereuses (risque de somnolence, parfois intense chez certaines personnes, éventuellement potentialisée par la prise d'alcool ou d'autres médicaments sédatifs) ; ne jamais absorber d'alcool en même temps
    [mise-à-jour-produit : 2015-11]
    Nautamine comprimé (diphenhydramine, diacéfylline) Sanofi-Aventis : avaler 1 comprimé (voire 1 comprimé et demi), avec un peu d'eau, une demi-heure avant le départ (renouveler éventuellement au cours du voyage, en respectant un intervalle de 6 heures), sans dépasser 6 comprimés par jour    [MED] anti-vomitif antihistaminique de type H1 non sélectif, qui peut entraîner une somnolence, plus ou moins intense, selon susceptibilité individuelle (conduite automobile et d'engins interdite) ; le comprimé est sécable ce qui permet d'adapter la dose en fonction de l'efficacité constatée lors d'un problème précédent ; la molécule est proche, mais pas identique à Mercalm [CTJ : 1.2 €. Prix std.: 6 €]
    (20 cpr., 90 mg) : ne jamais absorber d'alcool en même temps
    [mise-à-jour-produit : 2011-05]
    Cocculine comprimé orodispersible (cocculus, tabacum, Nux vomica, petroleum) Boiron : laisser fondre lentement dans la bouche, 2 comprimés, 3 fois par jour, la veille et le jour du voyage, et curativement (à l'apparition des troubles), 2 comprimés dès l'apparition des symptômes, à renouveler si nécessaire    [MED] complexe homéopathique (autolysat) à très haute dilution, qui vise au traitement du mal être, lié aux transports ; également disponible en globules (à sucer), en boîte de 6 doses ; à savoir : la présentation en comprimé à sucer a été remplacée en comprimé orodispersible (qui fond dans la bouche en quelques secondes), en Mars 2010 ; médicament présenté en accès libre (libre service) dans certaines pharmacies [CTJ : 1 €. Prix std.: 6.5 €]
    (40 cpr.) : se rappeler que toute homéopathie, en raison de ses différences fondamentales, doit faire l'objet d'une démarche réfléchie et documentée, avec un vrai engagement personnel ; ne pas manger 15 minutes avant la prise du produit ; pour les enfants de 18 mois à 6 ans (pas d'automédication sans le conseil du pharmacien de confiance), diviser la dose par 2 (soit : en préventif, 1 comprimé 3 fois par jour, la veille et le jour du voyage, et en curatif, 1 comprimé dès l'apparition des symptômes) et dissoudre les comprimés dans un peu d'eau
    [mise-à-jour-produit : 2017-03]
    Vogalib lyophilisat oral (métopimazine) Cephalon : laisser fondre sous la langue 1 comprimé lyophilisé, 2 à 4 fois par jour (maximum 2 jours de traitement), au moment des nausées ou après vomissements    [MED] anti-nauséeux (antiémétique de la famille des phénothiazines) ; également possible de dissoudre le lyoc dans un demi-verre d'eau ; peut induire une somnolence, parfois intense chez certaines personnes (ne pas conduire de véhicule ou d'engin, surtout au cours des heures qui suivent la prise) ; à savoir : la formule a été légèrement modifiée depuis Mai 2011 pour être labélisée «sans sucre» ; médicament présenté en accès libre (libre service) dans certaines pharmacies [CTJ : 1.5 €. Prix std.: 6 €]
    (8 cpr. lyocs) : ne pas croquer le lyoc
    [mise-à-jour-produit : 2011-07]
    Céphyl comprimé (acide salicylique, caféine, Atropa belladonna, Gelsemium sempervirens, Iris versicolor, Nux vomica, Spigelia) Boiron : avaler 1 à 2 comprimés avec un verre d'eau, 1 à 3 fois par jour, en fonction de l'intensité de la douleur (maximum 6 par jour)    [MED] anti-nauséeux antalgique ; attention au fait que même si le fabricant, Boiron, est un laboratoire spécialiste de l'homéopathie, ce produit n'en contient pas (mais plutôt de l'aspirine dosée à 330 mg au lieu de 500 mg habituellement, de la caféine, de la belladone, de la noix vomique et d'autres extraits de plantes) ; au contraire des produits homéopathiques, le produit ne doit pas être sucé, mais avalé (comme tout comprimé) [CTJ : 0.6 €. Prix std.: 5.5 €]
    (60 cpr.) : préférer le produit en cas de douleur associée à des nausées
    [mise-à-jour-produit : 2016-04]
    Zestocalm  légende spray (Citrus aurantium dulcis, Citrus medica limonum, Mentha piperita) Hévéa : pulvériser (1 ou 2 pulvérisations) sur un mouchoir, puis après quelques secondes, inspirer profondément et lentement par le nez, expirer par la bouche    [ACL] complexe d'huiles essentielles d'agrumes qui apporte une odeur très fraîche, fruitée, vivifiante, suave ; note : le produit est parfois difficile à obtenir [CTJ : 1.5 €. Prix std.: 14.5 €]
    (flacon, 50 ml) : ne pas utiliser seul, mais plutôt en complément du traitement médicamenteux chez les personnes sensibles ; ne pas pulvériser en direction de l'œil ; ne pas utiliser à proximité d'une flamme (contient de l'alcool)
    [mise-à-jour-produit : 2011-07]

    MISE EN GARDE : quand les nausées et les vomissements continuent, plusieurs heures après la fin du voyage, consulter sans traîner le médecin traitant ; quand le mal des transports se traduit (fait exceptionnel) par une syncope (évanouissement), appeler les urgences (15 ou 112, gratuit et valable partout en Europe)

    Actualisation: 18-Avril-2017
    Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
    Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
    Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

    Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
    Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels