ACTUALITÉS DE L'AUTOMÉDICATION

Vitaros-Prescription | Kelocote-GrandPublic | BDDpublique | NovaSanté | Actiflash | Minoxidil-5% | Homéo-Naturopathie | Cérébrovasculaires-déremboursés | Stévia-autorisation | Vrac-Produits-Déremboursés | Toux-pholcodine | GeloSitin | Conceptio-Gamme | Magnésiums-Déremboursés | Lipical | Alli-1-an-après | Urell-Clinique | Vignette-orange | Kétoprofène local retrait | Vidal-Cpl.Alim. | Braun Oral-B | Thés Fauchon | Asepsie | VivaSanté | AFSSAPS-fiches2 | Grossesse-Vit. | Complémentaires-Remb. | Alli et Contraception | Voyages Avion | AFSSAPS-fiches1 | Usage-Medocs | Libre accès |

THÈME INFORMATION :
Dysfonctionnement-erectile
2015-06-02 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Automédication
Vitaros-Prescription : La start-up Française Majorelle (créée en 2001) lance sous licence Américaine, Vitaros, une présentation originale sous forme de crème à usage externe d'un médicament existant (Caverject, lui-même injectable) pour le dysfonctionnement érectile ; attention le produit comme les bien connus IPDE5 (Viagra, Cialis, Levitra, Spedra), même s'il agit selon un principe différent, est sous prescription médicale obligatoire (inutile d'enjoliver le pharmacien pour une délivrance de faveur… ce n'est pas un produit d'automédication) et il est actuellement non remboursable par la Sécu ; le principe actif, alprostadil, est un dilatateur des vaisseaux péniens et ce nouveau traitement, sous forme de crème sans massage, appliqué sur le méat du pénis tenu à la verticale, est vendu au prix de 40 € (chaque boîte contient 4 unidoses de 300 microgrammes, soit un coût unitaire de 10 € comparable aux IPDE5) ; en cas d'utilisation de préservatif, il faut sélectionner un dispositif en latex ; l'effet est revendiqué rapide (dans les 5 à 30 minutes suivant l'administration) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : en France, 3 Millions d'hommes souffrent occasionellement de troubles de l'érection, donc toute nouveauté différente, avec une AMM, est à considérer (d'autant qu'en matière d'automédication, aucun produit disponible n'a démontré son efficacité par des méthodes modernes et validées) ; à savoir : les publi-rédactionnels qui fleurissent dans la presse à l'occasion de ce lancement sont sous la responsabilité unique des journalistes concernés et en pratique réglementaire ils sont illégaux (s'il était démontré que le laboratoire Majorelle a suscité sous quelque forme que ce soit certains de ces rédactionnels il serait sévèrement sanctionné par la tutelle), d'autant plus que certaines envolées rédactionnelles sont fausses : (1) seule la nouvelle présentation (crème) est originale car l'alprostadil (le nom de la molécule du Vitaros) est actuellement déjà disponible depuis longtemps sous forme injectable pour une administration par voie intra-caverneuse (Caverject, Caverjectdual, Edex) ou sous forme de bâton pour usage urétral (Muse), (2) les IPDE5 sont selon l'analyse de la Haute Autorité de Santé (HAS) supérieurs à l'alprostadil en terme d'efficacité, (3) si le Vitaros serait peut-être actif plus rapidement que le 1er IPDE5 commercialisé, Viagra, d'autres IPDE5 sont plus rapides (la locution 'peut-être' ici est en liaison avec l'absence d'études cliniques comparatives avec les IPDE5 dans le dossier d'enregistrement, uniquement en comparaison avec le placebo, ce que regrette formellement la Commission de Transparence), (4) Vitaros doit être conservé au froid (2°C-8°C) ce qui peut devenir une contrainte pour sa conservation discrète et pour son application avant l'acte sexuel non programmé (même si les sachets non entamés peuvent être conservés en dehors du réfrigérateur pendant 3 jours au maximum avant utilisation, à une température inférieure à 25°C), (5) le dossier de Vitaros signale des effets secondaires et des contre-indications spécifiques non négligeables (différents de ceux des IPDE5) ; au total, la visite du médecin traitant s'impose évidemment en cas de problèmes d'impuissance fonctionnelle répétée… pour le reste les produits d'automédication listés ici (tous sans AMM, la yohimbine ayant été retirée du marché) s'ils sont achetés chez le pharmacien de confiance ont au moins un effet placebo favorable (en absence de tout dossier clinique validé et moderne) dans l'attente, un jour futur encore indéfini, de la mise à disposition en automédication en France des IPDE5 (Sanofi a pris une licence en ce sens)


 
 
 
 
Cicatrice
2014-04-30 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Automédication
Kelocote-GrandPublic : Sinclair relance sa gamme Kelo-Cote pour mieux réduire les cicatrices (les oublier), avec un focus Grand-Public et une nouvelle présentation incluant un anti-solaire SPF 30 ; l’évolution d’une cicatrice est un processus long et imprévisible qui peut durer jusqu’à 2 ans ; prendre soin très tôt d'une cicatrice permet de prévenir la formation de cicatrices disgracieuses ou de les corriger, car certaines peuvent devenir volumineuses, douloureuses et rouges ; y penser en automédication quand elle est petite et banale et esthétiquement mal située est un geste personnel qui marque le souci de son bien-être et de son image ; sauf si elle est très superficielle, toute plaie, toute brûlure, toute incision chirurgicale, toute lésion qui détruit le derme profond peut laisser une cicatrice définitive et indélébile ; concrètement, le silicone (notamment sous sa forme pratique de gel mélangeant plusieurs composés de poids moléculaires différents) est une des solutions reconnues par les experts avec un dossier clinique établi [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : Kelo-Cote est le leader du marché en prescription par les médecins (non-remboursé même si prescrit) pour des cicatrices sérieuses ou à risque, avec de plus gros conditionnements, en parallèle (ou en association) à d'autres solutions comme le laser ou les pommades corticoïdes ; l'extension au Grand-Public des produits techniques utilisés par les médecins spécialistes (ici, les dermatos et les chirurgiens) n'est pas chose facile et les médias comme «MonAutomedication.fr» peuvent jouer un rôle d'information la favorisant ; ici, la démarche du laboratoire, apparaît d'autant plus justifiée que nul empiètement (ou concurrence déloyale) n'est en jeu, les médecins conservant toutes leurs libertés pour prescrire Kelo-Cote ; l'avantage de Kelo-cote est qu'il s'applique sans masser pour former un film transparent protecteur et semi-perméable qui normalise la formation de collagène (réparatrice) et qui humidifie et aère la cicatrice ce qui permet de la résorber plus rapidement et surtout de souvent empêcher que la cicatrice ne dégénère en une forme anormale dite hypertrophique, disgrâcieuse, surélevée, et qui démange ; certes beaucoup de petites cicatrices, après une coupure, une éraflure, une brûlure ou un accident mineur, se résorbent parfaitement toutes seules, (très) lentement, mais surtout chez les jeunes (eh oui, c'est surprenant), les peaux noires ou asiatiques, le risque de développer une cicatrice hypertrophique (voire pire, chéloïde) n'est pas négligeable (avec à la clé de longues séances médicales ou chirurgicales) ; donc en pratique, en cas de petite (moins de 7.5 cm) cicatrice mal placée (par exemple, visage, cou, mains, décolleté), il est légitime, quand la cicatrice est fermée, propre et sèche et surtout après les conseils et recommandations du pharmacien de confiance, d'envisager une prévention-traitement avec Kelo-Cote, soit avec la présentation standard, soit, en cas d'exposition au soleil, avec la nouvelle présentation incluant un anti-solaire (lancée en Avril 2014) ; il faut être patient(e), en étendant le gel 2 fois par jour pendant 90 jours, mais le bénéfice esthétique et psychologique est réel (la cicatrice s'oublie) et le coût raisonnable (environ 15 € le tube de 6 g pour un traitement, soit un C.T.J. de 17 cents) [conférence de presse Sinclair, 11 Février 2014].


 
 
 
 
Info-Santé
2014-10-27
(commenté),
2013-10-02
(initial)
Obj. : Politique-santé
BDDpublique : L'Etat lance la 1ère base de données publique du médicament en France, pour plus de 22 000 produits disponibles sur ordonnance en officine ou en automédication ou encore à l'hôpital (agrémentée de quelques informations générales sur la réglementation, les différents types de médicaments -pédiatriques, orphelins, homéopathiques-, sur le circuit du médicament -mise sur le marché, vente en ligne, ATU-, mais aussi sur la surveillance ; elle vise à apporter des données fiables, transparentes et facilement accessibles, à la fois aux médecins ou autres professionnels de santé et au Grand Public (sans distinction) et elle est consultable via un ordinateur (ou même un smartphone) sur une URL indépendante BDDPM ou bien dans l'orbite du site du Ministère de la Santé ; suite à une recherche par nom (commercial) de médicaments ou bien par nom de substance active, elle donne par présentation du produit (exemple, Aspégic affiche à ce jour : 500 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose | adultes 1000 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose | enfants 250, poudre pour solution buvable en sachet-dose | injectable 1 g, poudre et solution pour préparation injectable | injectable 500 mg/5 ml, poudre et solution pour usage parentéral | nourrissons 100 mg, poudre pour solution buvable en sachet-dose), dans 3 volets distincts (fiche-info, résumé des caractéristiques du produit ou RCP, plutôt pour les professionnels, et notice, plutôt pour le Grand Public) les indications thérapeutiques, la composition, les précautions d’emploi, les contre-indications, la poso, les conditions de prescription et de délivrance (etc.), le prix (si remboursable et à quel taux) ainsi qu'une éventuelle évaluation du SMR (service médical rendu) et ASMR (amélioration du service médical rendu), en ajoutant la disponibilité éventuelle de génériques sur le marché, si le produit fait l'objet d'une surveillance renforcée ou d'informations importantes comme des suspensions ou des retraits de marché [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : une révolution pour l'Etat-garant et les administrés (dans la direction des données libres ou «open data») chaleureusement attendue suite à la Loi de Décembre 2011 ; la base est bien sûr en accès libre, gratuite, complète (le concurrent-leader sur le créneau, le Vidal, qui appartient à un groupe financier Britannique, est presque complète aussi, sauf quelques génériques), indépendante (le Vidal a pu être suspecté de l'être moins, notamment dans le cadre des liens avec ses produits dérivés), et souhaitons-le, régulièrement actualisée (mensuellement, sauf alerte nécessaire) ; elle a été élaborée par des équipes-projets issues de l'Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM), de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l'Assurance Maladie (UNCAM) ; ses atouts sont, selon «MonAutomedication.fr», sa complétude (sauf médocs type ATU), ses pictogrammes explicites (par exemple, un médoc avec une alerte est assorti d'un triangle rouge, avec surveillance renforcée d'un triangle noir, avec un remboursement possible d'une carte Vitale, avec prescription obligatoire d'un coin d'ordonnance, avec disponibilité de génériques dans un répertoire, de la lettre «G»), le maintien d'une information même pour les produits retirés du marché (depuis moins de 2 ans), la possibilité de déclarer en ligne directement (à l'ANSM) un effet indésirable subi ; ses faiblesses sont l'absence des produits de parapharmacie (ou autre dispositifs) sans AMM (mais souvent avec les mêmes principes actifs), l'usage des évaluations de type SMR et ASMR incompréhensibles pour le Grand Public (et inévitablement ambiguës), l'ergonomie pas encore adaptée au Grand Public habituée au recherche Google (pas de souplesse sur les fautes de frappe, pas de proposition alternative en cas de non-réponse, trop de réponses inopérationnelles en cas de principe actif largement utilisé comme zinc ou sélénium, par exemple, et enfin la fusion mal pratique (pour le Grand Public) du RCP et de la notice si l'agrément a été approuvé par l'Agence Européenne (EMA) conduisant à lire dans certains cas plus de 100 pages pour un produit ; ses développements (officiels, à ce jour) porteront sur une recherche par maladie (pas par symptôme), sur les déclarations (désormais obligatoires) des liens d'intérêt entre les industriels et les professionnels de santé

| Commentaires du blog : BDDpublique |


 
 
 
 
Santé-seniors
2013-04-24
(commenté),
2012-11-19
(initial)
Obj. : Automédication
NovaSanté : Sanofi lance la 1ère gamme de compléments alimentaires adaptée aux besoins des femmes et des hommes de 50 ans et plus en créant un nouveau département, NovaSanté ; plus qu'une simple nouvelle marque, NovaSanté se positionne comme l'unique marque dédiée aux quinquas et invite les nouveaux seniors à agir dès aujourd'hui pour leur bien-être ; en effet, jusqu'à aujourd'hui, aucune gamme de compléments alimentaires n'était proposée pour la prise en charge globale de leur bien-être ; en pratique fin 2012, au moment du lancement, la gamme est composée de 3 produits, NovAlgic contre les gênes articulaires, NovaEnergy contre la fatigue, NovaZen contre le stress, et cette gamme est amenée à se développer de manière importante dans les 5 prochaines années, avec pour objectif de répondre à tous les besoins spécifiques des nouveaux seniors ; et ce n'est pas le hasard, car d'après une étude récente (Ipsos 2010 – sondage auprès de 330 personnes entre 55 et 65 ans), les gênes articulaires (68%) arrivent en tête chez les plus de 55 ans, puis la fatigue (64%), le surpoids léger (61%), le stress (57%) et les problèmes de sommeil (55%), et ces signes deviennent avec l'âge de plus en plus fréquents… jusqu'à ce que les 50 ans et plus admettent que tout ne sera plus comme avant et qu'il est temps qu'ils fassent attention à eux ; NovAlgic (environ 14 €), pour le confort des articulations, est un complément alimentaire qui contient de l'extrait d'huile de krill NKO (100% d'origine marine), et du manganèse (50% des AJR) qui contribue à la formation normale des tissus conjonctifs (principalement liés aux articulations), et aussi de la vitamine C (15% des AJR)… il est destiné aux 50 ans et plus qui sortent, voyagent, font du sport, sont toujours en mouvement et sentent que leurs articulations ont tendance à devenir de plus en plus sensibles ; NovaEnergy (environ 10.5 €), pour aider l'organisme à mieux résister aux changements de saison et pour rester en forme lors de périodes d'activités intenses, avec le dosage en extrait de ginseng le plus adapté aux 50 ans et plus, et aussi avec une sélection de vitamines (B6, B9, B12, C) et de minéraux (zinc et cuivre) ; NovaZen (environ 10.5 €), pour rester zen malgré des journées bien remplies et un environnement en perpétuelle évolution, vise les premiers résultats bénéfiques dès la 1ère prise grâce à son extrait de Rhodiola rosea (une plante adaptogène qui aide l'organisme à s'adapter au stress passager) et aussi à une sélection de vitamines B6 et B9 [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : la santé des seniors, ce n'est pas une mince affaire, car aujourd'hui, 1 Français sur 4 a plus de 55 ans ; et, en 2020, 1 Français sur 3 aura alors atteint cet âge que l'on considère déjà comme banal ; et loin de rester passifs, c'est pour ces jeunes seniors, le moment où ils réinventent leur vie ; fini le temps où les quinquas attendaient tranquillement les jours de la retraite, le temps où la cinquantaine sonnait le point culminant de leur ascension professionnelle et sociale ; au top de leurs compétences, la nouvelle génération des quinquas veut vivre pleinement sa vie… et longtemps !  ; les besoins des 50 ans et plus sont bien précis ; la réponse de NovaSanté à ces besoins nouveaux et très actuels est responsable, en proposant des compléments alimentaires naturels, éprouvés et spécifiquement dosés, en proposant des formules plutôt simples (peu de principes actifs, donc visant à moins de risques d'interactions) et en promettant pour chaque produit d'étayer leur efficacité par des études cliniques sérieuses (pour soutenir le nouveau règlement UE des allégations spécifiques, une première !)… pour les seniors, le temps n'est plus au refus, mais à l'évolution : le diktat du «moins vieillir» s'efface devant celui du «bien vieillir» ; pour en savoir plus sur NovaSanté, sur cette gamme de compléments alimentaires novatrice, 2 outils, [1] un site Internet, avec des dossiers et conseils rédigés par des experts ainsi qu'une actualité des seniors, une info pour trouver le point de vente NovaSanté le plus proche et, en faisant partie du Novaclub, un espace personnel avec des avantages exclusifs, la possibilité de créer son portrait NovaSanté et de le partager via les réseaux, ainsi que [2] une application pour les smartphones

| Commentaires du blog : NovaSanté |


 
 
 
 
Vitamines-supplements
2012-11-07
(commenté),
2012-09-27
(initial)
Obj. : Automédication
Actiflash : NHS-Menarini présente une étude clinique sérieuse sur la performance décisionnelle comparant Actiflash au placebo et au café, conduite par le Prof. Jeanick Brisswalter, directeur du laboratoire de Motricité Humaine, Education, Sport, Santé (LAMHESS), à l’Université de Nice Sophia Antipolis et publiée dans la revue scientifique internationale Movement and Sport Sciences (Science & Motricité 76, 39–46, 2012) ; l'effet d'Actiflash a été évalué et comparé dans cette étude chez 56 sujets volontaires en bonne santé (32 hommes et 24 femmes, âgés en moyenne de 29 ans et pratiquant réguliers d'une activité sportive), chacun soumis tour à tour, soit à un placebo, soit à de la caféine dosée à 60 mg, soit à Actiflash, en comprimés effervescents (en simple aveugle, mais avec un protocole randomisé et contrôlé, en groupes appariés) ; la performance décisionnelle a été évaluée par un test appréciant la capacité réactive à prendre la bonne décision en appuyant sur un bouton (test cognitif appelé «go, no go») et la vigilance a été évaluée pour une tâche nécessitant une attention focalisée (le score prenant en compte la vitesse d’exécution et l'exactitude des réponses) ; dans tous les cas, la tolérance cardiovasculaire a été évaluée en enregistrant tout le long des épreuves la fréquence cardiaque et la pression artérielle ; les résultats, statistiquement significatifs, ont montré une amélioration de l’aptitude décisionnelle dès la 30ème minute après l’ingestion, et durant 2 heures sous Actiflash, par rapport au pré-test (avant ingestion) ; ainsi qu’un meilleur maintien de la vigilance par rapport au placebo (2 heures après ingestion) ; au total, l’effet d'Actiflash sur la performance décisionnelle est significativement supérieur à celui observé sous caféine dosée à 60 mg, et sous placebo, à partir de 45 minutes et jusqu’à 90 minutes… et ces résultats vont de pair avec une bonne tolérance au niveau cardiovasculaire [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : une telle démarche de qualité et de développement scientifique mérite d'être soulignée positivement car elle est rare dans le domaine de l'automédication en raison des coûts d'une étude clinique de qualité en regard des volumes de ventes concernés (ou espérés) ; l'étude est originale, parce qu'elle se différencie sur plusieurs points d'études précédentes portant sur la caféine (les études précédentes avaient comparé seulement la caféine au placebo mais à plus forte dose -5 fois plus- et dans des conditions vraiment particulières -des militaires en exercice de survie-, avec les inconvénients spécifiques de la caféine à forte dose comme l'élévation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle et des effets indésirables à type d'anxiété) ; elle est intéressante parce qu'elle se situe dans des conditions normales (60 mg de caféine, soit l'équivalent de 1 tasse d'expresso) et avec des tests de la vie quotidienne, et qu'elle tient compte que la dose de guarana (300 mg), présente dans la formule d'1 comprimé effervescent d'Actiflash, représente, elle, 40 mg de caféine (donc une comparaison… équitable) ; Isoxan Actiflash est un véritable concentré d'énergie avec une composition ciblée pour se redynamiser et améliorer en 30 minutes les performances intellectuelles et la vigilance ; la formule repose sur la synergie de 5 vitamines (vitamines C, B1, B2, B3, B6), qui agissent sur le tonus, la production d’énergie et l’équilibre neurologique, auxquelles sont associées ginseng et guarana, aux vertus équilibrantes et dynamisantes, ainsi qu’un oligo-élément, le zinc, intervenant notamment dans la prolifération cellulaire, et, comme l'étude compare des niveaux de caféine semblables avec une supériorité d'Actiflash, c'est bien dans la formule complète et originale (le «cocktail» synergique de vitamines, de zinc et de phytothérapie, à des doses choisies) qu'il faut chercher les explications de cette supériorité ; concrètement, l'objectif n'est pas de bousculer les habitudes alimentaires de la population Française en détrônant le café du matin au petit déjeuner, voire celui terminant le déjeuner, mais d'ouvrir une alternative scientifiquement démontrée quand il s'agit d'augmenter ponctuellement la performance décisionnelle, par exemple lors d'un réveil difficile suite à un sommeil écourté ou à une soirée festive, ou bien en période d'examens, ou encore pendant une charge de travail inhabituelle… voire (mais cela reste à prouver) dans le cadre de l'activité sportive occasionnelle  ;  le prix public conseillé d'Isoxan Actiflash est de l'ordre de 10€ pour la boîte de 28 comprimés ; soit, avec 1 prise 1 fois par jour, un CTJ (coût de traitement journalier) de l'ordre de 0.35€ ; attention, se rappeler qu'Isoxan est une marque dite ombrelle, qui recouvre plusieurs types de produits, compositions, et objectifs de traitement (bien vérifier le contenu de la boîte, laisser le conditionnement dans sa boîte d'origine)

| Commentaires du blog : Actiflash |


 
 
 
 
Cheveux-chute
2013-01-29
(commenté),
2012-04-10
(initial)
Obj. : Automédication
Minoxidil-5% : Le dosage du minoxidil à 5%, auparavant seulement sur prescription médicale (ordonnance écrite), est maintenant ouvert à l'automédication par décision des autorités sanitaires Françaises ; l'indication du minoxidil est soutenue par un dossier clinique solide et notamment 2 études sérieuses récentes : Elise A. Olsen et al., 2002, chez 393 hommes pendant 48 semaines, en double aveugle, contrôlée et randomisée contre placebo, comparant les dosages à 5% et à 2%, avec 45% de pousse supplémentaire pour le 5% (J. Am. Acad. Dermatol., 47: 377-385) et Anne Lucky et al., 2004, chez 382 femmes au protocole parallèle, avec des résultats significatifs pour le 2% et le 5%, mais pas déterminants en faveur du dosage à 5% (J. Am. Acad. Dermatol., 50: 541-553) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : aujourd'hui, le minoxidil à 2% ou à 5% est représenté par un nombre limité de produits (tous médicaments avec une AMM, en boîte de 3 flacons = 3 mois de traitement), le leader historique Rogaine ayant disparu de France : Alopexy 2 %, Alopexy 5 % (Pierre Fabre), Alostil 2 %, Alostil 5 % (Johnson & Johnson Santé Beauté), Unipexil 2% (Gifrer-Barbezat) et des génériques commercialisés par Bailleul (2% et 5 %), Cooper (2%), Mylan (2%), Sandoz (2% et 5 %) ; les produits ne sont pas identiques, donc pas interchangeables (sauf génériques) et l'on peut sélectionner Alopexy si une texture non grasse du produit est préférée (sachant que des g-cyclodextrines rendent le produit non gras et non collant) ou bien si une pipette graduée à 1 ml est appréciée, Alostil si le mode pulvérisateur avec applicateur est préféré (spray), ou bien Unipexyl, si l'applicateur fourni est plus adapté (et avec une légère différence favorable de prix) ; il est d'ailleurs probable que les Laboratoires qui ne commercialisent pas encore le dosage à 5% s'y mettent bientôt (une fois l'AMM obtenue) ; même si la repousse est lente à obtenir de manière significative (au moins 3 mois, et le plus souvent 6 mois) et même si c'est un traitement à vie (il ne faut pas le cacher) sinon la chute reprend, le minoxidil est prisé par tous ceux et celles qui vivent mal l'alopécie androgénétique (la plus commune) qui touche majoritairement les hommes mais aussi (moins souvent) les femmes ; pour l'anecdote, on peut rappeler qu'à l'origine, le minoxidil (en comprimé) a été lancé dans l'indication de l'hypertension artérielle (le produit n'est plus commercialisé, car dépassé sur le plan scientifique) et que c'est la découverte inopinée de cas de pilosité accrue qui l'a fait étudier (et valider) pour le traitement des chutes de cheveux ; à savoir : [1] le minoxidil 5% n'est pas indiqué chez la femme (le dosage à 2% est seul approprié), [2] le minoxidil à 5%, sous couvert qu'il est 2 fois et demi plus dosé, ne doit pas être appliqué une seule fois par jour (mais bien 2 fois par jour, comme le 2%), [3] le minoxidil à 5% (homme seulement) est plus efficace que le 2% (donc la repousse est plus forte et plus dense) mais il entraîne aussi plus d'inconvénients (notamment davantage de pilosité ailleurs que sur le crane et davantage de démangeaisons), [4] le minoxidil à 5% est aussi plus coûteux (le double, en réalité, soit environ 40 centimes par jour, au lieu de 20 centimes… ce qui revient au coût non négligeable de 72 € ou 144 € par an), [5] le minoxidil est également vendu sur Internet, parfois avec des offres financières (trop) alléchantes (attention, arnaque !), parfois par des entreprises établies en France (comme Kirkland de Biovéa ou Spectral.UHP de DS Lab, également Biovéa) mais alors sans AMM (donc sans suivi des unités de fabrication ou des sources d'approvisionnement, par les autorités sanitaires), sans conseil du pharmacien de confiance et avec des ajouts de substances non validées, [6] il n'est pas sérieux (et il est même risqué) de suivre ses propres recettes instinctives concernant le minxidil (en variant ou en alternant les dosages, en l'associant à d'autres produits aux vertus revendiquées miraculeuses, mais fantaisistes) sans l'avis d'un professionnel de santé

| Commentaires du blog : Minoxidil-5% |


 
 
 
 
Pharmacie-naturelle
2012-05-15
(commenté),
2012-03-03
(initial)
Obj. : Automédication
Homéo-Naturopathie : Un nouveau livre intitulé «Ma boîte à pharmacie naturelle - Soigner 149 maux du quotidien de façon naturelle» aux Éditions du Dauphin ; de A à Z, depuis l'Abcès cutané au Zona, en passant par le stress, le pied d'athlète, les peaux ridées et atones, les verrues ou le manque de sommeil et bien d'autres petits bobos du quotidien, ce livre propose pour chaque symptôme, sous forme de fiches pratiques, le Conseil du Pharmacien et celui du Naturopathe (à tour de rôle), après de courtes généralités sur l'homéopathie, la phytothérapie, l'aromathérapie, l'oligothérapie, les fleurs de Bach, les probiotiques et les compléments alimentaires ; fondé sur la pratique et l'expérience des 2 auteures, on y trouve leurs conseils, le petit plus de certaines thérapies, le remède qui convient le mieux à chacun, les vrais avertissements ; c'est un livre à garder près de soi, que l'on soit jeune maman, professionnel actif ou grands-parents ; on l'utilisera dès les 1ers symptômes, en attendant de voir son médecin ; Florence Raynaud, diplômée depuis plus de 30 ans, anciennement pharmacien responsable d'une unité de fabrication et de distribution homéopathique, prodigue aujourd'hui avec enthousiasme ses conseils de «médecines naturelles», dans sa pharmacie ; Yrsa Prietzel est, elle, naturopathe et membre de l'OMNES (Organisation des Médecines Naturelles et d'Education de Santé) et présidente de la FAPES (Fédération des Associations Pour une Ecologie de la Santé) ; prix : 12 €, ISBN 9782716314657. [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : c'est un petit ouvrage chaudement recommandé, même s'il sort de l'épure de «MonAutomedication.fr», car il concerne des solutions à façon (pas des produits de marque) ; côtés positifs : le livre est écrit par 2 praticiennes chevronnées des thérapies naturelles (encore appelées médecines parallèles) que sont l'homéopathie et l'aromathérapie (huiles essentielles, HE) et il fleure bon l'expérience et les conseils pratiques à chaque ligne ; il est écrit à 2 mains (une pharmacienne qui tient une officine à Saint-Germain-en-Laye en région Parisienne et une naturopathe qui voit des cas concrets quotidiennement) et cela, dans une langue à la portée de tous (sans chichi, et même avec un brin d'optimisme, ce qui est rare pour ce sujet) ; il est écrit avec un grand sérieux (les risques, notamment des huiles essentielles, sont soulignés) et une vraie rigueur documentaire (selon les pharmaciens du Comité de Rédaction) avec plein de petits conseils pratiques (par exemple : la lavande aspic en HE est souveraine pour les coups de soleil - la bardane et la pensée sauvage en extrait sec sont de très bons draineurs dans l'acné - l'ylang-ylang ou la bourrache sont souvent frelatés sur Internet - des aphtes à répétitions sont souvent le signe d'une fatigue générale, d'où d'abord vitamines et stimulateurs des défenses naturelles - plus l'arnica est pris tôt et plus c'est efficace - le tea-tree ou arbre à thé est un merveilleux antiseptique et antifongique, notamment pour le pied d'athlète - toujours prendre la menthe à distance de l'homéopathie - de la fumeterre ou de l'artichaud pour détoxifier l'organisme 2 fois par an -) ; côtés négatifs : il ne met pas assez en exergue la nécessaire relation préalable avec le pharmacien-conseil pour chacun des problèmes traités et chaque profil (selon les pharmaciens du Comité de Rédaction)… et les lecteurs pour qui l'iconographie abondante, les photos, le papier glacé, sont une priorité, peuvent être déçus (mais est-ce là vraiment un défaut ?)

| Commentaires du blog : Homéo-Naturopathie |


 
 
 
 
Conseil pharmacien
2012-08-18
(commenté),
2012-02-04
(initial)
Obj. : Politique-santé
Cérébrovasculaires-déremboursés : Dix-huit groupes de spécialités et leurs (nombreux) génériques sont radiés de la liste des produits remboursables aux assurés sociaux à partir du 1er Mars 2012, suite à la nouvelle politique de déremboursements «au fil de l'eau» c'est-à-dire dans la foulée des avis-recommandations de la Commission de la Transparence (HAS) qui les juge insuffisamment utiles ou efficaces pour être pris en charge par la Sécu ; sont concernés essentiellement des médicaments visant à améliorer la circulation au niveau cérébral et utilisés dans le traitement du déficit cognitif et neurosensoriel chronique, des troubles de la mémoire liés au vieillissement, des vertiges, de l'artérite, du syndrome de Reynaud ou des troubles de la vue ; déjà en 2010, beaucoup de ces médicaments ont subi un 1er coup de rabot par la baisse de leur taux de remboursement, passé de 35% à 15% (vignette orange) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : c'est un coup dur pour les personnes âgées, car ces produits sont des traitements chroniques et leur financement n'est pas anodin pour le portefeuille limité de retraités (des hommes, surtout) ; parmi les 140 produits avec leur génériques, il faut noter les 3 dérivés du Ginkgo biloba qui historiquement sont à l'origine du laboratoire Français Ipsen (Tanakan, Tramisal et Ginkogink) ainsi que Capergyl (ou dihydroergotoxine) de Biorga, Carlytène (ou moxisylyte) de Meda Pharma, Cervoxan (ou vinburnine) de Almirall, Hydergine (ou dihydroergotoxine) de Sigma-Tau, Iskédyl (ou dihydroergocristine+robasine) de Pierre Fabre, Olmifon (ou adrafinil) de Cephalon, Pentoflux (ou pentoxifylline) de Bouchara-Recordati, Rhéobral (ou vincamine+troxérutine) de Pharma 2000, Sermion (ou nicergoline) de Sanofi-Aventis, Torental (ou pentoxifylline) de Sanofi-Aventis, Vasobral (ou dihydroergocryptineA+caféine) de Chiesi, Vinca (ou vincamine) de Substipharm, Vincarutine (ou vincamine+rutoside) de Serp ; il faut ajouter, en plus du champ des vasodilatateurs cérébraux, d'autres produits comme (1) Nootropyl (ou piracétam et ses génériques) d'UCB Pharma (ou Gabacet de Sanofi-Aventis), pour le traitement de certains troubles de l'équilibre (vertiges) et des troubles du comportement et de la mémoire liés au vieillissement, (2) Vastarel (ou trimétazidine) de Servier, pour le traitement d'appoint de certains vertiges et bourdonnements d'oreille, (3) Abufène (ou bêta-alanine) de Bouchara-Recordati, pour soulager les bouffées de chaleur liées à la ménopause, (4) Adartrel (ou ropinirole) de GlaxoSmithKline, pour le traitement du syndrome des jambes sans repos ; beaucoup de ces produits doivent être prescrits par un médecin et on ne sait s'ils vont le rester (ou passer en conseil pharmacien) et s'ils vont être pris en charge par certaines complémentaires ; pour ceux, nombreux, qui bénéficient de ces produits dans leur vie quotidienne, souhaitons que cela soit le cas

| Commentaires du blog : Cérébrovasculaires-déremboursés |


 
 
 
 
Profils-Modèles-Santé
2012-01-14
(commenté),
2011-12-02
(initial)
Obj. : Politique-santé
Stévia-autorisation : La commission Européenne de Bruxelles vient d'autoriser l'utilisation de la stévia sous forme d'édulcorant, dans les produits alimentaires ; le produit est, originalité, d'origine naturelle et extrait (à l'eau chaude, comme pour les feuilles de thé) d'une petite plante d'Amérique du Sud, Stevia ribaudiana (pas plus de 50 centimètres de haut, elle pousse bien dans les jardins en France et fleurit à l'Automne) ; le pouvoir sucrant de cette poudre blanche est surprenant : de 100 à 300 fois plus grand que le sucre raffiné, bien que les feuilles de la plante ne contiennent ni saccharose, ni calorie ;     la stévia est déjà commercialisée depuis début 2010 en France sous forme d'additif alimentaire (et franchement à la mode depuis, dans le cadre de la vague Bio et du zéro-calories), mais il va être possible de la trouver, dès le 2 Décembre 2011, dans les yaourts, boissons et produits sucrés… et les géants de l'alimentaire fourbissent de nouveaux slogans (autorisés) tels que "Stévia = sucrant zéro calories et naturel", sachant que Coca-Cola a déjà annoncé que de nouveaux produits à base de stévia arriveraient sur le marché dès 2012 (dans la gamme Fanta, pas pour détrôner le Coca Zéro, semble-t-il)… à suivre… [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : la stévia, utilisée depuis des siècles par les indiens Guaranis, n'a donc aucun effet sur le taux de glucose dans le sang et pourrait constituer, pour les diabétiques, une bonne alternative au sucre ; dans le domaine de la santé personnelle, c'est le laboratoire 3 Chênes qui à travers une de se filiales (Physioform) s'est investi très tôt dans la stévia et commercialise sous la marque Sylvia une gamme de mini-comprimés en pharmacie (avec ou non des amincissants de phytothérapie) ; dans le domaine alimentaire, la question qui se pose évidemment, c'est si la stévia pourrait remplacer l'aspartame, un édulcorant artificiel hautement controversé (décriés par certains spécialistes, la toxicité et le potentiel cancérigène soupçonnés de l'aspartame entretiennent la rumeur, même si rien n'est à ce jour sérieusement démontré, au moins si la consommation reste raisonnable par jour) ; la vague de la stévia doit encore passer un obstacle subjectif : son arrière-goût de réglisse a du mal à séduire certains consommateurs Français, d'où des recherches industrielles actives actuellement qui visent à masquer cet arrière-goût…

| Commentaires du blog : Stévia-autorisation |


 
 
 
 
Conseil pharmacien
2015-03-05
(commenté),
2011-10-10
(initial)
Obj. : Politique-santé
Vrac-Produits-Déremboursés : Comme annoncé par le Gouvernement dans le cadre du projet de Loi de la Sécurité Sociale 2012, les déremboursements seront faits «au fil de l'eau» à l'avenir, suite aux avis-recommandations de la Commission de la Transparence (HAS) : la première liste n'a pas traîné et vient d'être publiée au Journal Officiel du 5 Octobre 2011 et 80 spécialités sont radiées de la liste des médicaments remboursables à compter du 1er Décembre 2011, car l'HAS les a classées comme présentant un service médical rendu (SMR) insuffisant pour un maintien sur la liste des spécialités remboursables aux assurés sociaux ; à savoir : certains laboratoires comptent contester le bien-fondé de ces décisions, à l'image de Pierre Fabre qui a indiqué porter le dossier Structum devant le Conseil d'État, en fondant son argumentation sur des preuves cliniques considérées comme suffisantes et sur une inéquité de fait car le produit concurrent Chondrosulf, avec le même principe actif, et même avec un dosage unitaire moindre (400 mg vs. 500mg), est inexplicablement resté remboursé [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : 33 spécialités seulement sont concernées, et leurs génériques, sur ces 80 radiations (9 ne sont déjà plus commercialisés, notamment Fonzylane, depuis Février 2011, par décision de l'ANSM (ex-AFSSAPS)), et parmi ces 33 spécialités seulement 12 ne sont pas à prescription obligatoire et 10 de plus pourraient être libérées de cette obligation et ainsi être accessibles à l'automédication (toutes les autres spécialités, comme Bonviva, Didronel, Colposeptine, Farlutal, Fonlipol, Intercron, Myolastan et Panos, ne resteront sans doute pas sur le marché, tant la combinaison prescription-peu-efficace-payant semble avoir peu d'avenir) [note : Myolastan, retiré du marché Français (et Européen) en Juillet 2013] ;     voici les 12 produits déremboursés dont la prescription n'était déjà pas obligatoire :
  • [1] Alodont (cétylpyridinium chlorure, chlorobutanol et eugénol) une solution antiseptique et antalgique pour bain de bouche (flacon de 200 ml, avec, déjà, une presentation à 500 ml en automédication),
  • [2] Givalex (hexétidine, salicylate de choline, chlorobutanol) une autre solution en bain de bouche (flacon de 125 ml),
  • [3] Glyco-Thymoline 55 (eucalyptol, lévomenthol, sodium, thymol), une solution antiseptique avec des terpènes pour bain de bouche notamment pour les aphtes (flacon de 250 ml),
  • [4] Dakin Cooper Stabilisé (hypochlorite de sodium) une solution antiseptique à base de chlore pour application locale sur les plaies (flacons de 250 ml et de 500 ml, avec, déjà, des flacons plus petits, à 60 et 125 ml, en automédication),
  • [5-6] Celestamine (bétaméthasone, dexchlorphéniramine) un anti-allergique avec cortisone en comprimés (boîte de 30) pour rhinite, urticaire,
  • [7] Ossopan (complexe osséine-hydroxyapatite) un extrait d'os, comme supplémentation en calcium, à 600 mg, en comprimés pelliculés (boîte de 30),
  • [8] Rhinotrophyl (ténoate d'éthanolamine) une solution pour pulvérisation nasale avec du soufre (flacon de 20 ml) en traitement d'appoint des rhinites,
  • [9-11] Titanoréïne (carraghénates, dioxyde de titane et oxyde de zinc) protectrice et cicatrisante pour les hémorroïdes en crème (tubes de 20 et de 40 g) et en suppositoires (boîte de 12),
  • [12] Structum (chondroïtine sulfate sodique) un anti-arthrosique d'action lente (arthrose du genou ou de la hanche) en gélules (boîte de 60) ;
    et voici les 11 produits déremboursés sous prescription mais dont la prescription ne devrait pas rester obligatoire :
  • [1] Cortisal (prednisolone, monosalicylate de propylène glycol), un anti-inflammatoire d'action locale, en crème avec un corticoïde et un salicylé (tube de 30 g),
  • [2-3] Hexaquine (benzoate de quinine, chlorhydrate de thiamine) comprimé enrobé (boîte de 18) et Hexaquine Adulte suppositoire (boîte de 6), un relaxant musculaire pour les crampes (mais fait actuellement l'objet d'une réévaluation par l'ANSM),
  • [4] Lumirelax (méthocarbamol), un autre relaxant musculaire, mais pour les contractures musculaires douloureuses, en comprimés (boîte de 20),
  • [5] Okimus (benzoate de quinine, extrait d'aubépine) un autre relaxant musculaire pour les crampes à base de quinine en comprimés enrobés (boîte de 40),
  • [6] Quinine Vitamine C Grand (acide ascorbique, quinine bisulfate hydrate) un autre relaxant musculaire à base de quinine en comprimés enrobés (boîte de 24) pour les crampes (mais fait actuellement l'objet d'une réévaluation par l'ANSM),
  • [7-9] Nexen (nimésulide) un anti-inflammatoire non stéroïdien pour les douleurs intenses, à 100 mg, en comprimés (boîtes de 10 et 30), ainsi que Nexen 100 mg granulés pour solution buvable en sachet (boîte de 30),
  • [10-11] Proctolog (trimébutine et ruscogénines) protectrice et cicatrisante pour les hémorroïdes en crème rectale (tube de 20 g) et suppositoire (boîte de 10) ;à savoir : tous ces produits à prescription facultative aujourd'hui ou probable future sont à des prix bas (entre 2 € et 5 €) et donc l'impact économique sur les consommateurs devrait être limité (sauf Structum, vendu 15.64 € la boîte de 60 gélules) ; il est bien sûr possible, pour leurs consommateurs fidèles (et chroniques pour Structum), de faire quelques économies en les acquérant avec une prescription avant le 1er Décembre, d'autant que leurs prix vont augmenter (tout simplement parce qu'ils ont été bloqués par la tutelle pendant des dizaines d'années)

    | Commentaires du blog : Vrac-Produits-Déremboursés |


     
     
     
     
Prescription-obligatoire
2012-01-18
(commenté),
2011-05-06
(initial)
Obj. : Politique-santé
Toux-pholcodine : Les autorités sanitaires Françaises ont décidé de soumettre à prescription médicale obligatoire tous les médicaments contenant de la pholcodine (qui, ainsi, n'appartient plus à l'automédication) ;    les données actuellement disponibles suite à la publication d'une étude Scandinave suggèrent en effet que la pholcodine, contenue dans plusieurs anti-tussifs, est soupçonnée d'entraîner des accidents allergiques lors d'anesthésies par des curares ;    l'évaluation de ces médicaments est menée au niveau Européen à la demande de l'ANSM (ex-AFSSAPS) ;    les résultats sont attendus en Juillet 2011 ;    d'ici là, les médicaments contenant de la pholcodine ne peuvent désormais plus être délivrés aux patients que sur présentation d'une prescription du médecin (passage en liste I) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : voici les produits (23 spécialités concernées, toutes des sirops) contenant de la pholcodine : Biocalyptol (Zambon), Broncalène (Hepatoum), Clarix Toux Sèche (Cooper), Codotussyl Toux Sèche (Genévrier), Dimétane Sans Sucre (Ferlux), Éphédromel (Médiflor), Flucalyptol Toux Sèche (Zambon), Hexapneumine (Bouchara Recordati), Humex Toux Sèche (Urgo), Myrtine (Aérocid), Poléry (Pierre Fabre Médicament), Pulmosodyl (Bridoux), Respilène (Sanofi Aventis), Rhinathiol Toux Sèche (Sanofi Aventis) ;    les pharmaciens n'ont plus le droit de délivrer de sirop de pholcodine sans présentation d'une ordonnance de la part du patient (ne pas insister !) ;    les 4 produits sélectionnés par le comité de rédaction ont été évidemment supprimés de la base de données de «MonAutomedication.fr», mais on peut regretter la précipitation liée à cette décision (effet Médiator oblige !), car (1) les accidents semblent être très rares (quoique graves) et pouvoir été évités par l'interrogatoire-patient avant toute anesthésie, (2) les résultats de la réévaluation Européenne du rapport bénéfice-risque par l'EMA n'ont pas été attendus à quelques semaines près, (3) les fabricants n'ont pas eu le temps de faire éventuellement évoluer la composition des produits concernés (pour rester dans le cadre de l'automédication) ;    cependant, pour les consommateurs, la gêne devrait être faible car il existe d'autre sirops anti-tussifs d'action centrale pour la toux sèche (à base d'éthylmorphine, de codéine, de dextrométhorphane) ;    à savoir : la pholcodine, un dérivé morphinique, est également commercialisée dans 6 autres pays Européens (Belgique, Espagne, Royaume Uni, Irlande, Lituanie, Slovénie) et peut être administrée avec ou sans prescription médicale selon les pays et les produits

| Commentaires du blog : Toux-pholcodine |


 
 
 
 
Sécheresse-nasale
2011-02-06 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Automédication
GeloSitin : Pohl-Boskamp, un laboratoire Allemand à capitaux familiaux depuis 4 générations, propose GeloSitin en automédication pour les nez secs, une solution astucieuse et naturelle déjà prescrite par les O.R.L. Français, depuis 2008, dans des conditions différentes ; peu de gens le savent : le nez, avant les poumons, est un organe clé du fonctionnement respiratoire et chaque jour 10 000 litres d'air transitent normalement par le nez ;    le nez et la muqueuse nasale, qui fonctionnent comme une barrière protectrice, sont aussi soumis à de multiples agressions liées à la vie moderne, au quotidien (un air trop sec dû au sur-chauffage en hiver, à l'air climatisé en été, à des conditions climatiques défavorables, trop sèches ou trop froides), et à des agressions virales ou d'allergènes (rhinite sèche) ou encore dues à des excès de poussière, voire même à des traitements qui assèchent la muqueuse (eau de mer, anti-histaminiques) ;    ces agressions provoquent des démangeaisons, des sensations de brûlure, l'envie d'éternuer, la formation de croûtes, certes mineures, mais qui peuvent devenir perturbantes et irritantes, et surtout qui peuvent devenir chroniques et altérer la qualité de vie (avec plus rarement des saignements) ;    la solution est toute simple et sans effet indésirable (par action physique de réhydratation des muqueuses, sans absorption de principes actifs), sous la forme d'une brumisation d'huile de sésame associée à du cétiol, à des huiles essentielles d'orange et de citron, et à des anti-oxydants ;    comme l'a indiqué le Dr Maurice Rotenberg, O.R.L. et ancien chef de clinique, cette solution a été testée dans 2 études cliniques en conditions sévères avec un traitement de 3 à 6 jours (durée de la protection, rapidité de la guérison) et elle est mieux adaptée que l'eau de mer isotonique, souvent utilisée, mais à tort, car l'eau de mer adhère 9 fois moins longtemps à la muqueuse nasale que les huiles nasales et a même tendance à assécher la muqueuse (l'eau de mer ne devrait être utilisée que pour les nez bouchés, là où elle est efficace) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : comme pour beaucoup de produits de soins, à statut de médicament ou non, le médecin spécialiste dans le cadre de la prescription et le pharmacien dans le cadre du conseil pour l'automédication agissent sur des modes vraiment distincts : ici, pour la sécheresse nasale, l'ORL est concerné par des problèmes sévères liés à la radiothérapie et aux interventions chirurgicales, tandis que le pharmacien doit savoir comprendre et soulager une plainte mal définie, mal codifiée (différente du nez bouché), mais de plus en plus fréquente ;    pour une personne sensible à la sécheresse nasale, quelques conseils : éviter les zones climatisées (ou enfumées), boire de l'eau (au moins 2 litres par jour), installer un humidificateur d'air (de type non chauffant) dans les pièces à vivre (bureau, séjour) avec mesure par un hygromètre électronique (en visant 45-55% d'humidité), ne pas se gratter l'intérieur du nez, et approcher le pharmacien-conseil sans attendre en cas de problème de nez sec, pour régénérer la muqueuse avec GeloSitin, par exemple ;    le prix public conseillé est de 11 € pour le flacon-pulvérisateur de 15 ml de solution (250 pulvérisations), et compte tenu des conseils d'utilisation d'1 à 2 pulvérisations dans chaque narine, 3 fois par jour, le CTJ (coût de traitement journalier) est de l'ordre de 0.40€ ;    ne pas conserver le flacon au-delà de 6 semaines après ouverture et le ranger à température ambiante (pas au frigo)


 
 
 
 
Fertilité
2010-12-13
(commenté),
2010-11-30
(initial)
Obj. : Automédication
Conceptio-Gamme : Granions proposent une nouvelle ligne de compléments alimentaires pour la fertilité baptisés Conceptio ; c'est une approche originale de ces laboratoires spécialisés dans l'oligothérapie (groupe EA Pharma), car elle vise à améliorer la fertilité chez l'homme et chez la femme (à la fois avant et après le conception, lors des premiers développements du foetus) ; la formulation de Conceptio Homme (30 sachets + 90 capsules) associe 3g de L-Carnitine (un acide aminé naturellement présent dans le sperme), 800 mg de DHA (un acide gras essentiel), du zinc et du sélénium (2 oligo-éléments), un complexe breveté sous le nom d'Enzy Ox, et vise à augmenter le nombre ainsi que la mobilité des spermatozoïdes (1 sachet le matin et 3 capsules le soir, soit un CTJ de 1 € pour une boîte de 30 €) ; la formulation de Conceptio Femme (30 gélules + 30 capsules), très différente, associe les vitamines B1, B2, B3, B5, B6, B8, B9 (acide folique), B12, C et E, du zinc et du sélénium, de l'iode et de la DHA, des ingrédients réunis pour leur rôle dans le bon déroulement de l'ovulation ou pour leur pouvoir anti-oxydant (1 gélule le matin et 1 capsule le soir, soit un CTJ de 0.67 € pour une boîte de 20 €) ; recommandé dès le désir de grossesse, pour un programme de 6 mois ; en savoir plus : Conceptio Internet [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : le complexe breveté Enzy Ox est une association de CoQ10, Vitamine E et Vitamine B6, 3 ingrédients synergiques pour limiter le stress oxydatif (antioxydants) ; la co-enzyme Q10, également connue sous le nom de CoQ10 ou ubiquinone, est une substance similaire à une vitamine, qui est vitale pour le bon fonctionnement du corps humain ; d'ailleurs, suite à la découverte de son rôle significatif dans la production de l'énergie, le chercheur Britannique Peter Mitchell a reçu le Prix Nobel de chimie en 1978 ; comme, dans nos sociétés Occidentales, la fécondité est limitée (en moyenne autour de 2 enfants, par couple), le désir d'enfant réussi est un élément encore plus essentiel aujourd'hui : la gamme Conceptio qui vise à mettre toutes les chances de son côté, répond ainsi à un besoin très actuel ; selon Granions, en plus du fait que la fertilité des femmes diminue avec l'âge, un certain nombre d'autres facteurs influent négativement sur la fertilité humaine, comme le tabac, l'alcool, le surpoids ou au contraire l'insuffisance pondérale, la pollution, le stress, qui sont tous des sources de stress oxydatif, et génèrent des radicaux libres, qui nuisent au bon fonctionnement de l'appareil reproducteur, d'où la composition originale des 2 Conceptio, soutenue par des expérimentations cliniques ; attention, cependant, à ne pas amalgamer ces compléments alimentaires avec les problèmes d'infertilité (et avec les solutions médicamenteuses modernes disponibles, qui ont merveilleusement changé la vie de certains couples)  en cas d'infertilité pour un couple encore jeune pendant plus de 6 mois sans contraception, ne pas attendre pour consulter le médecin traitant, puis le spécialiste délégué.

| Commentaires du blog : Conceptio-Gamme |


 
 
 
 
Spasmophilie
2011-07-21
(commenté),
2010-10-01
(initial)
Obj. : Politique-santé
Magnésiums-Déremboursés : Cure de déremboursement. Annoncé cet été, et effectif au 1er Octobre, le déremboursement des spécialités à base de magnésium (seul ou associé à la vitamine B6) est fondé sur un Service Médical Rendu (SMR) jugé insuffisant par la commission de la transparence (chargée de l'évaluation des médicaments, au sein de l'HAS) au regard d'autres médicaments ou thérapies disponibles ; ce déremboursement représente une économie annuelle d'environ 25 Millions € pour l'assurance maladie, et de 35 Millions € pour les organismes complémentaires ; elles étaient auparavant prises en charge à 35 % par l'Assurance-Maladie ;   le gouvernement a préféré l'option du déremboursement total, soulignant que «le contrôle de l'usage dans les indications officielles (carences avérées en magnésium) était difficile» et qu'il y avait «une utilisation importante des produits en dehors des indications» [QueChoisir.org]

- Analyse et conseils : prescrites (ou non) principalement pour les crampes, la spasmophilie, les troubles atypiques de l'humeur comme anxiété ou irritabilité, ces spécialités étaient beaucoup vendues en volume (à des prix modérés, car gelés depuis longtemps par la tutelle) ; une hausse des prix est donc inévitable ; les principales marques concernées sont Magné B6 de Sanofi-Aventis (comprimé enrobé et solution buvable, en ampoule), Uvimag B6 de Zambon (solution buvable, en ampoule), MAG 2 de la Cooper (comprimé enrobé et solution buvable, en ampoule), Magnogène de Novartis (gélule et solution buvable, en flacon), Spasmag de Grimberg (comprimé pour solution buvable, avec levure Saccharomyces cerevisiae), Top Mag de Aérocid-H2Pharma (poudre pour solution buvable en sachet), Mégamag de Mayoli-Spindler (gélule)

| Commentaires du blog : Magnésiums-Déremboursés |


 
 
 
 
Surpoids
2010-09-16
(commenté),
2010-07-05
(initial)
Obj. : Automédication
Lipical : A l'occasion de la relance de Lipical, les laboratoires Negma-Lerads ont demandé à Elisabeth Millara, médecin nutritioniste et experte dans la relation-patiente, de donner les 6 conseils pour vraiment réussir à atténuer durablement un surpoids avéré : (1) lâcher prise [relaxation sur le trop de perfectionnisme, sur les contraintes inatteignables, sur les difficultés de la vie… tout est d'abord dans la tête, pas dans l'assiette], (2) redécouvrir le point de satiété [inutile de finir un plat, pour ne pas jeter, quand on n'a plus faim], (3) visualiser pour bien préparer ses repas [pour des efforts diététiques assumés], (4) savourer [avec calme et sérénité], (5) déculpabiliser [sans craquer, sans défouler son stress sur les pulsions alimentaires], (6) ne pas oublier le coup de pouce Lipical, pour aider à déculpabiliser ! et avant tout conseil, elle ajoute un avertissement préalable de bon sens : le poids stable, comme la taille, sont génétiquement programmés, et tout le monde n'est pas programmé pour être mannequin (notamment sur les plages)… attention donc à ne pas tenter de maigrir en-dessous de son poids programmé, car c'est prendre un risque très important de reprendre de plus en plus de kilos à chaque tentative d'amincissement ! [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : 32% de la population Française adulte est en surpoids. Lipical (une molécule marine extraite des crustacés, le poly-N-acétylglucosamine), est un régulateur d'appétit sans ennui et le premier soutien contre le surpoids, il piège naturellement les graisses (ses fibres forment un réseau dans l'intestin qui capte les lipides du bol alimentaire, sans bloquer leur absorption, donc sans risque de diarrhée) ; en pratique, en phase d'attaque, 3 gélules avant chaque repas, puis 2 gélules au cours des principaux repas, en cure d'un mois à renouveler si nécessaire, jusqu'à atteindre le poids programmé (boîte de 60 gélules, au prix conseillé de 22 € soit 2 boîtes par mois)

| Commentaires du blog : Lipical |


 
 
 
 
Surpoids
2013-09-11
(commenté),
2010-05-04
(initial)
Obj. : Automédication
Alli-1-an-après : Avec près de 550 000 boîtes vendues sur les 8 premiers mois, les laboratoires GSK sont satisfaits, surtout depuis le lancement du site Internet d'accompagnement des consommateurs pour l'alimentation et l'exercice physique (en savoir plus : AlliProgramme Internet) ; Alli (officiellement alli avec une minuscule) est devenu le 6ème produit d'automédication en France, utilisé par 3 fois plus de femmes que d'hommes, avec des résultats certes modestes en terme de baisse de poids (-5% à 6 mois, -4,5cm de tour de taille), mais bien plus bénéfiques en terme de santé (réduction du risque cardio-vasculaire et métabolique) ; un sondage IFOP très récent sur plus de 1000 personnes montre que 95% des Français connaît l'indice IMC (et plus de la moitié dit être capable de le calculer), que 88% sait que la préoccupation principale concernant Alli réside dans les selles liquides (alors 47% admet qu'il faut réduire la consommation de graisse), et que ce n'est pas une «pilule miracle» mais un médicament réservé aux personnes en fort surpoids pour 80% des personnes interrogées, et 87% sont conscientes qu'Alli ne fonctionne pas tout seul et doit être utilisé avec une alimentation adaptée, en association avec une activité physique [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : GSK a installé un observatoire de l'utilisation d'Alli (via le Comité pour la Valorisation de l'Acte Officinal : CVAO Internet) dont les résultats sont attendus à l'Automne 2010, avec notamment le pourcentage de consommateurs qui poursuivent le traitement jusqu'à 6 mois, le comportement des consommateurs après 6 mois de traitement, les raisons de modifications de traitement, l'adéquation avec les programmes de soutiens proposés (...) ; d'après une enquête d'Ipsos à l'Eté 2009, seulement 17% des utilisateurs d'Alli s'écarte de l'indication officielle (et dans les 3 quarts des cas, pour un IMC entre 25 et 28), 60% des utilisateurs réduit la quantité de graisses dans l'alimentation lors du traitement, et 57% souhaite perdre du poids pour des raisons de santé

| Commentaires du blog : Alli-1-an-après |


 
 
 
 
Infections-urinaires
2011-10-18
(commenté),
2010-04-14
(initial)
Obj. : Automédication
Urell-Clinique : Point d'avancement encourageant des études cliniques sur Urell (une situation rare pour les compléments alimentaires qui mérite d'être soulignée, à l'honneur de Pharmatoka et de son président-fondateur, Gunter Haesaerts, qui a été l'initiateur de l'utilisation de la canneberge en France et s'est investi dans son développement clinique, avec l'urologue de l'hôpital Foch de l'AP-HP, Henry Botto) ; concrètement, depuis 2004, 4 études de mécanisme d'action et 6 études cliniques sont en cours ou terminées en faveur du rôle d'Urell dans la prévention des récidives de cystites à colibacille ; non seulement, Urell est efficace en empêchant l'adhésion des colibacilles sur les parois des voies urinaires, mais par son effet de prévention, il contribue à diminuer la prescription d'antibiotiques (lesquels, du fait de l'apparition de résistances, sont de moins en moins efficaces en cas d'infection déclarée) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : la canneberge, une baie rouge voisine mais distincte des airelles, était utilisée traditionnellement par les Indiens d'Amérique du Nord (qu'ils appelaient Atoka). Aujourd'hui, grâce à plusieurs études cliniques, l'AFSSA (renommée ANSES en Juillet 2010) a validé le fait que la canneberge aide à la diminution des gênes urinaires, rencontrées chaque année par 1 femme sur 10 en France ; cependant, la consommation quotidienne de pro-anthocyanidines (PAC), composés actifs de la canneberge, doit alors être au minimum de 36 mg selon une méthode de dosage normalisée (DMAC) et bien peu, parmi les douzaines de produits à base de canneberge sur le marché, peuvent prouver un tel dosage plancher (avec le risque d'une efficacité insuffisante) ; à noter que, parallèlement, Pharmatoka lance en complément de gamme, après gelules et sachets, une présentation en jus concentré (toujours avec 36 mg de PAC) qui permet de boire davantage tout en se protégeant (une présentation attractive pour peu que le goût acidulé de la baie plaise)

| Commentaires du blog : Urell-Clinique |


 
 
 
 
Moindre-Remboursement
2011-06-05
(commenté),
2010-04-01
(initial)
Obj. : Politique-santé
Vignette-orange : Depuis le 1er Avril 2010, 170 médicaments, dont le Service Médical Rendu (SMR) a été jugé insuffisant par la Commission de Transparence de l'HAS, voient leur taux de remboursement baisser de 35% à 15% ; dans la liste, on note des produits largement prescrits encore ou par le passé : des vasodilatateurs, des antiviraux, dont Zovirax, contre l'herpès (avec un équivalent non remboursé), des antiseptiques et des désinfectants, dont Betadine (présente dans tous les hôpitaux), Septivon, ou Hexomédine, des antiacnéïques, des antirhumatismaux, comme Artotec, Feldène ou Profénid, des tranquilisants, comme Valium, des vasodilateurs cérébraux, comme Tanakan, des sirops contre la toux, comme Toplexil…  et, parallèlement à ces 170 médicaments, dont le taux de remboursement passe de 35% à 15%, leurs 440 génériques sont déremboursés à 15% aussi [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : le taux de remboursement de 15%, avec la vignette orange, a été instauré en 2006, puis supprimé en 2008, il vient donc d'être ré-introduit aujourd'hui (sans Poisson d'Avril) pour les médicaments dont le SMR est jugé insuffisant dans le cadre de la Sécu (AMO, Assurance Maladie Obligatoire) ; côté pratique, les officines disposent de 3 mois pour liquider les médicaments avec la vignette ancienne qu'elles ont en stock, et les patients peuvent donc être confrontés à 2 vignettes différentes pour un même médicament durant ces 3 mois ; à savoir : la Mutualité Française, la fédération de mutelles qui rassemble la quasi-totalité des mutuelles, soit environ 700, lesquelles protègent 38 millions de personnes en France en complément à la Sécu, a renouvelé son appel à ne pas prendre en charge ces médicaments à vignette orange (sachant qu'au contraire, les assureurs complémentaires devraient, quant à eux, les prendre en charge, en fonction des contrats)

| Commentaires du blog : Vignette-orange |


 
 
 
 
Pommades-gels-douleurs
2010-11-19
(commenté),
2010-01-11
(initial)
Obj. : Politique-santé
Kétoprofène local retrait : Les gels anti-inflammatoires au kétoprofène, destinés à apaiser les douleurs en rhumatologie et en traumatologie, sont retirés du marché, selon décision de l'ANSM (ex-AFSSAPS), à la suite de cas graves de photo-allergie. La suspension d'autorisation prend effet le 12 janvier 2010 et s'accompagne d'un retrait des lots disponibles sur le marché. L'AFSSAPS a informé l'Agence Européenne du Médicament (EMA), son homologue européen, ainsi que la Commission Européenne et les laboratoires concernés, ce qui entraîne une procédure de réévaluation européenne du rapport bénéfice-risque des gels contenant du kétoprofène. A ce jour, 22 spécialités (Ketum, Profenid, Toprec et différents kétoprofènes, y compris génériques) contenant ce gel étaient autorisées en France [Le Point.fr]

- Analyse et conseils : attention, la décision ne concerne que les gels et autres produits d'application locale, et pas les formes orales (comprimés, gélules, … ) pour les douleurs ; elle ne concerne pas non plus les autres A.I.N.S. (nom se terminant en «fène») ; en fait, le problème était connu depuis longtemps (et déjà aucun produit local à base de kétoprofène n'était sélectionné dans le site «MonAutomedication.fr» lors de sa création), mais compliqué : l'existence d'une allergie associée à l'octocrylène, utilisée dans des produits comme filtre solaire, se superposait à celle due au kétoprofène, et l'application d'un produit contenant ce filtre chez des patients ayant déjà fait des réactions de photoallergie au kétoprofène par le passé a conduit dans plusieurs cas à l'apparition d'un nouvel épisode de photoallergie, selon l'ANSM (ex-AFSSAPS) ; le problème étant aujourd'hui bien circonscrit, la décision est donc légitime en terme de Santé Publique

| Commentaires du blog : Kétoprofène local retrait |


 
 
 
 
Complément-Alimentaires
2010-03-07
(commenté),
2010-01-07
(initial)
Obj. : Politique-santé
Vidal-Cpl.Alim. : Vidal, une des références dans l'information sur les produits de santé, propose une nouvelle édition de son guide spécifique des compléments alimentaires. Il revient sur leur efficacité, leur toxicité, et leur usage. L'ouvrage est disponible en librairie. Ce guide vient compléter la collection Vidal pour le grand public qui comprend des ouvrages comme sur la santé en voyage, l'automédication, le bien-être psy ou encore les enfants en bonne santé. Le guide analyse les données disponibles sur plus de 200 ingrédients les plus fréquemment utilisés dans la fabrication des compléments alimentaires, comme les vitamines, les minéraux, oméga-3, plantes, etc. Guide Vidal des compléments alimentaires - VIDAL - 294 pages - 24 € [France2.fr]

- Analyse et conseils : le Vidal édite déjà de nombreux ouvrages sur la santé pour le Grand-Public (y compris le guide Vidal des médicaments et additifs à l'usage des professionnels de Santé) ; cette nouvelle édition (édition précédente en 2008) vise à aider les consommateurs face à un marché qui a progressivement évolué du domaine de la nutrition à celui de l'automédication ou de la prévention des maladies ; le guide propose aussi un point sur la toxicité de ces 200 ingrédients au moment où l'ANSES (Agence Nationale chargée de la Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l'Environnement et du Travail), un organisme para-public dédié à la Nutrition, distinct de l'ANSM (ex-AFSSAPS), met en place un système de veille auprès des médecins et des pharmaciens, à la suite d'incidents impliquant des compléments alimentaires destinés à perdre du poids

| Commentaires du blog : Vidal-Cpl.Alim. |


 
 
 
 
Gingivite-Caries
2012-05-02
(commenté),
2009-12-08
(initial)
Obj. : Hygiène dentaire
Braun Oral-B : Procter & Gamble (Marque Braun) nomme Sophie Thalmann, une mannequin Miss France 1998, comme ambassadrice des brosses à dents électriques, pour sensibiliser les Français à leurs atouts face au brossage manuel ; le constat est en effet édifiant : le brossage en France est électrique dans 11% des cas (donc, à 89% manuel), à comparer avec près de 20% en Europe en moyenne (33% en Allemagne), pour un temps de brossage moyen inférieur à 1 minute (normalement au moins 2 minutes, 2 à 3 fois par jour), pour une durée de vie de la brosse de 7 mois en moyenne (normalement, pas plus de 4 mois) ; pour les produits Oral-B, tous à accumulateurs pour viser une action plus constante, préférence pour les modèles enfants (décos), les modèles Professional Care, à action 3D, voire le top, Triumph, avec assistant virtuel SmartGuide (180 €, et un coût journalier de moins de 20 centimes, en pharmacies, déjà plus de 6000) ; en savoir plus : campagne multi-média sur tout 2010, notamment TV, et aussi un Oral-Bar pour tests ouvert au Grand Public à Paris du 24 au 27 Mars 2010, et, à partir de fin Janvier, Oral-B Internet (inactif en 2011) [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : une idée de communication originale, car la belle Sophie Thalmann respire la santé, offre un sourire étincelant, et s'exprime simplement à partir d'expériences personnelles (comme tous les Français) ; par rapport au brossage manuel, le brossage électrique est plus efficace sur la plaque dentaire (à 99%, dès 3 minutes de brossage quotidien), procure une sensation de propreté, de simplicité et de douceur lisse, un sourire plus confiant, et enfin délivre le résultat correct sans se poser de question (par contrôle du mouvement horizontal-vertical, par contrôle du temps (avec «timer», voire un assistant électronique), par contrôle du toucher (qui, contrairement aux idées reçues, se révèle 3 fois moins fort que le brossage manuel)

| Commentaires du blog : Braun Oral-B |


 
 
 
 
Compléments alimentaires
2009-10-16 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Phytothérapie
Thés Fauchon : 3 Thés différents (anti-âge, minceur et belle peau), brevetés par Viviane Lab, licenciés et fabriqués par Fauchon, le spécialiste du luxe alimentaire, distribués par le laboratoire Famadem-Diafarm et proposés en officine au prix public de 15 € la boite de 21 sachets (en cure d'1 à 2 semaines), en plus des magasins de la marque (dont le plus important, place de la Madeleine, à Paris) [Le Parisien]

- Analyse et conseils : une véritable innovation technologique car la nouvelle gamme Fauchon Beauté, apparemment basique (3 thés vert de Chine avec des arômes additionnels variés) comporte des compléments alimentaires littéralement collés (une fine couche de principes actifs sur la surface de 25% des feuilles de thé), ce qui en fait une originalité galénique de formulation


 
 
 
 
Grippe-A
2010-11-28
(commenté),
2009-09-26
(initial)
Obj. : Prévention
Asepsie : Bien choisir les bons gels hydro-alcooliques pour se laver les mains. Sur fond de grippe A, les gels hydro-alcooliques ont détrôné les lunettes de soleil dans presque tous les sacs à main... Mais le prix ne doit pas être le critère d'achat. C'est la composition qui compte sachant que l'ANSM (ex-AFSSAPS) précise quelle norme et quels composants garantissent que le gel est réellement capable de tuer le virus H1N1. Si l'étiquette mentionne que le gel a été testé selon la norme NF EN 14476, cela signifie que le produit est capable de tuer facilement le H1N1 [Le Parisien]

- Analyse et conseils : quand la bonne norme n'est pas indiquée sur la boîte ou le flacon, vérifier que le gel contient au moins 60% d'alcool (le virus est capable de survivre plusieurs jours sur une poignée de porte ou une rampe de métro) ; si aucun produit acceptable n'est disponible dans la pharmacie de confiance à proximité, c'est que toutes sont temporairement en rupture de stock (effet précaution dans la population) ; alors, à défaut, il est préférable de se laver les mains bien correctement à l'eau et au savon liquide, notamment pour les enfants, plusieurs fois par jour… et ne pas tenter sa chance sur Internet, avec des formules fantaisistes à la rose sauvage, citron bio ou bergamote

| Commentaires du blog : Asepsie |


 
 
 
 
Labos Santé Familiale
2009-09-15 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Transfert
VivaSanté : Charbon de Belloc rejoint Urgo et Juvamine. Le laboratoire Vie et Santé a annoncé hier qu'il reprenait la commercialisation du Charbon de Belloc.... Créé en 1849 par le docteur Camille Belloc, cet adsorbant intestinal à base de charbon végétal activé est utilisé en cas de digestion difficile. Il était jusqu'à présent commercialisé par le laboratoire Oméga Pharma (Eau Précieuse, Jouvence de l'Abbé Soury, Parapoux, etc.) et a représenté € 2.7 Millions de ventes en 2008 dans les pharmacies françaises, en croissance de 5.6%. Vie et Santé a déjà repris Herbesan et Catalgine en 2006, OM3 en 2007 et Ricqlès et Alvityl en 2008. Vie et Santé fait partie du groupe familial VivaSanté (1800 personnes en France et à l'étranger), qui commercialise des marques telles que Juvamine, Urgo, Mercurochrome et Humex. Il a réalisé € 417 Millions de chiffre d'affaires en 2008 [Les Echos]

- Analyse et conseils : le groupe Viva Santé est en train de devenir un des leaders de l'automédication en France (et parallèlement grandit rapidement en Europe), il est né du rapprochement par Hervé Le Lous de Urgo et Juvamine, après la cession des Laboratoires Fournier à Solvay en 2005, par sa famille


 
 
 
 
Recommandations-Agence
2012-05-09
(commenté),
2009-07-24
(initial)
Obj. : Médication officinale
AFSSAPS-fiches2 : 5 nouvelles brochures pour accompagner la mise en accès direct de certains médicaments dans les pharmacies (Constipation occasionnelle de l'adulte, Diarrhée passagère de l'adulte, Mal des transports, Nausées et vomissements, Pied d'athlète ou mycoses des pieds), après les 5 premières publiées en Juillet 2008 [Santé-Log]

- Analyse et conseils : l'ANSM (ex-AFSSAPS), un organisme para-public dédié à la Santé, a décidé de produire des brochures à la fois compréhensibles par tous et précises ainsi que de proposer des remèdes sans jamais citer les marques : pas simple. Autant dire tout de suite que le résultat n'est pas évident. Ne pas attendre de ces brochures des conseils très précis et très efficaces. Notamment, les noms des médicaments ne sont jamais cités, seulement le nom savant de leur molécule. A lire absolument, toutefois, pour les mises en garde. Prendre un médicament, même en accès direct, ce n'est jamais sans danger

| Commentaires du blog : AFSSAPS-fiches2 |


 
 
 
 
Compléments alimentaires
2009-06-24 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Automédication
Grossesse-Vit. : La prise de compléments alimentaires pendant la grossesse est parfois nécessaire. Pendant la grossesse, les besoins en vitamines, en fer, en calcium, en iode, en magnésium et autres oméga 3 augmentent. Inutile toutefois de se jeter sur les compléments alimentaires. Si en bonne santé et si alimentation à la fois suffisante, équilibrée et diversifiée, les besoins de la future maman et de l'enfant à naître sont satisfaits. Ces compléments sont donc généralement inutiles. Quelques exceptions toutefois, sont à noter. Elles concernent la vitamine B9 et la vitamine D. [Destinationsante.com]

- Analyse et conseils : les autorités sanitaires (ANSM, ex-AFSSAPS) recommandent en effet une supplémentation en acide folique (vitamine B9) qui devrait débuter 4 semaines avant la conception et se poursuivre pendant les 8 premières semaines de grossesse (pour prévenir les risques -rares- d'anomalies)... tout comme une supplémentation en vitamine D, à partir du 7ème mois, pour pallier un déficit fréquent nuisible au développement du squelette. MAIS dans tous les cas, toute automédication et toute auto-supplémentation en cours de grossesse est à bannir (cf. le 1er des 15 Principes de l'Automédication : pour toute question ou action à ce sujet, passer d'abord toujours par le médecin traitant


 
 
 
 
Toute-Automédication
2009-06-05 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Politique-santé
Complémentaires-Remb. : AGF-Allianz et le Collectif national des groupements de pharmaciens d'officine (CNGPO) ont signé un partenariat inédit sur l'automédication, accessible à tous les assurés santé (individuels et collectifs) de la compagnie d'assurances [lancement officiel le 29 Juin]. Dans 43 situations courantes (maux de gorge, maux de tête… ), l'officinal s'engage, à travers la signature d'une charte, à dispenser un conseil encadré par un guide méthodologique. Les produits délivrés font partie d'une liste définie par un comité d'experts indépendants (médecins, économistes de la santé, pharmaciens) et sont proposés «à un prix respectant le marché». Jusque-là, rien d'extraordinaire. Les médicaments de prescription médicale facultative peuvent [déjà] néanmoins être pris en charge, en fonction des garanties souscrites par le client. Beaucoup plus original, AGF-Allianz va rémunérer le titulaire 5 € hors taxes par acte, dans la limite de 4 conseils par an et par assuré [WK-Pharma]

- Analyse et conseils : une initiative importante car AGF-Allianz est un des assureurs complémentaires leaders en France (en dehors des mutuelles) et le CNGPO affilie la quasi-totalité des groupements de pharmaciens existants, soit près de la moitié des pharmaciens, représentant ainsi plus de 50 % du chiffre d'affaires total de la profession ; une initiative innovante aussi car elle favorise la promotion de l'automédication et elle s'inscrit dans le sens des souhaits des pharmaciens de rémunération complémentaire à l'acte


 
 
 
 
Surpoids
2011-04-20
(commenté),
2009-05-17
(initial)
Obj. : Médicament
Alli et Contraception : Des futurs bébés Alli? Alli est le nouveau médicament à la mode. Il fait la Une de tous les journaux et squatte de nombreux abri bus. Tout a été dit ou presque sur cette pilule miracle et ses effets secondaires, mais une contre-indication est souvent passée sous silence…  celle de l'incompatibilité avec la contraception orale [Top Santé Internet]

- Analyse et conseils : le type même de polémique médiatique qui a les inconvénients de ses avantages… côté avantages, c'est l'éclairage sur le fait qu'Alli de GSK, comme tout médicament, doit être pris au sérieux et l'ANSM (ex-AFSSAPS) a raison de spécifier qu'il faut une méthode contraceptive complémentaire (préservatif masculin, stérilet), en cas de diarrhée sévère avec le produit (l'effet indésirable le moins rare)… côté inconvénients, c'est le battage publicitaire induit (promotionnel par la communication générée, anti-promotionnel par l'inquiétude et l'insécurité suggérées)… alors que l'information est clairement indiquée sur la notice

| Commentaires du blog : Alli et Contraception |


 
 
 
 
Jambes lourdes
2009-05-12 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Prévention
Voyages Avion : En avion, bouger et boire…  de l'eau ! Bientôt une destination lointaine ? Pendant le vol, ne pas oublier de bouger et de boire en abondance…  des boissons non-alcoolisées. Ces recommandations qui visent tous les passagers, doivent vraiment être suivies à la lettre en cas d'antécédents cardiaques, pulmonaires ou circulatoires. Objectif : éloigner le risque d'embolie pulmonaire ou de thrombose veineuse profonde, le fameux syndrome de la classe économique [Destinationsante.com]

- Analyse et conseils : à partir de 12 heures de vol, un passager sur 200 000 est victime d'un accident cardio-pulmonaire. Le risque augmente à partir de seulement 4 heures de vol et «le pic (de risque) est observé à partir de 8 heures de vol». Les accidents cardio-pulmonaires résultent de plusieurs facteurs conjugués, principalement la station assise prolongée et la déshydratation. C'est pourquoi lors d'un voyage au long cours (même si assis près d'une fenêtre), «il faut se lever régulièrement, marcher dans les allées, faire des exercices et boire abondamment de l'eau ou toute autre boisson non-alcoolisée». En classe éco comme en business… le fait d'être assis dans l'une ou l'autre catégorie n'a rien à voir : 3 fois sur 4, ces accidents sont liés à l'immobilité des passagers. Une attention particulière doit être portée aux «plus de 70 ans». Si concerné(e), consulter le médecin traitant avant le départ, pour la prescription éventuelle de bas de contention. Quant à l'aspirine, «faute de preuves d'efficacité, elle n'est pas recommandée en automédication dans ce cas»


 
 
 
 
Recommandations-Agence
2008-09-17
(commenté),
2008-07-22
(initial)
Obj. : Médication officinale
AFSSAPS-fiches1 : 5 premières brochures pour accompagner la mise en accès direct de certains médicaments dans les pharmacies (l'aspirine en bref, le paracétamol en bref, Herpès labial ou bouton de fièvre, Rhume de l'adulte, Douleur de l'adulte) [Santé-Log]

- Analyse et conseils : l'ANSM (ex-AFSSAPS), organisme para-public dédié à la Santé a décidé de produire des brochures officielles à la fois compréhensibles par tous et précises en parallèle à la création du libre accès en pharmacie (appelé médication officinale, officiellement) ; c'est en couleur, en gros caractères, ce qui est positif sur l'écran via Internet, mais 2 de ces 5 fiches sont dessinées aussi pour être distribuées également en officine sous forme de triptyque imprimé et dans ces cas la lecture sur écran est maladroite, et les 3 autres occupent, dans un affichage à 100%, chacune 7 pages d'écran ce qui n'est pas ergonomique

| Commentaires du blog : AFSSAPS-fiches1 |


 
 
 
 
Armoire à pharmacie
2008-07-08 (initial, pas encore
de commentaire)
Obj. : Automédication
Usage-Medocs : 82% des Français ré-utilise les médicaments de leur armoire à pharmacie (selon un sondage Ipsos, commandé par AXA Santé) [News-assurances.com]

- Analyse et conseils : autres résultats… 8 Français sur 10 déclarent se soigner seuls. Ils estiment (43%) savoir se soigner seuls pour les «petits pépins» de santé. Peu (25%) déclarent réutiliser un médicament précédemment prescrit pour soigner leurs enfants de moins de 15 ans. Les femmes sont également plus nombreuses que les hommes à se soigner sans aller voir le médecin (47% contre 38%). Le manque de temps (31%) et le gaspillage des médicaments (35%) sont les principales raisons invoquées par les Français pour justifier le fait qu'ils ne consultent pas toujours un médecin. Ils sont 26% à s'adresser volontiers à un proche pour recueillir des conseils, ce pourcentage atteint même 45% pour les jeunes de moins de 35 ans. En revanche, les plus de 60 ans demandent plus volontiers conseil à leur médecin (59%). Mais ils ont une pratique raisonnée : 84% des Français vérifie la date de péremption des médicaments avant de les utiliser, 60% s'assure de la posologie. Ces chiffres sont plus importants chez les femmes, ils sont supérieurs de 10 points par rapport à la moyenne. 85% des Français se sent en manque d'informations lorsqu'ils ont perdu la notice de leurs médicaments, dans cette situation, 48% d'entre eux préfère alors les jeter. De manière générale, les Français sont en attente de davantage de précisions sur ce sujet. Ils sont 1 sur 6 à vouloir être informés sur le bon usage des médicaments


 
 
 
 
Conseil pharmacien
2012-06-05
(commenté),
2008-06-30
(initial)
Obj. : Politique-santé
Libre accès : Publication du décret sur les médicaments de médication familiale, n°2008-641, relatif aux médicaments disponibles en accès direct dans les pharmacies d'officine…  suivi de la première liste qui compte 217 spécialités pharmaceutiques couvrant 71 domaines thérapeutiques, 12 médicaments à base de plante et 19 médicaments homéopathiques [J.O. République]

- Analyse et conseils : pour figurer sur la liste des MMO, il faut :
  1. une demande du titulaire de l'AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) ou de la personne ayant procédé à l'enregistrement prévu à l'article L. 5121-14-1
  2. l'avis favorable de la commission d'AMM et du Directeur Général de l'ANSM (ex-AFSSAPS)
  3. le statut de médicament non soumis à prescription
  4. un contenu du conditionnement en poids, en volume ou en nombre d'unités de prise, adapté à la posologie et à la durée de traitement recommandées dans la notice
  5. une AMM ou une décision d'enregistrement ne comportant pas d'interdiction ou de restriction en matière de publicité auprès du public en raison d'un risque possible pour la santé publique
  6. sachant qu'à tout moment, un médicament inscrit au libre accès peut être suspendu ou supprimé de la liste si les conditions posées ne sont plus remplies ou pour tout motif de santé publique, notamment lorsque le rapport entre le bénéfice et les risques n'est plus approprié, ou en cours de réévaluation


| Commentaires du blog : Libre accès |


 
 
 
 


Actualisation: 5-Juin-2015
Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels