légendes TOUTES LES ACTUALITÉS : STÉVIA-AUTORISATION

THÈME INFORMATION
Profils-Modèles-Santé
2012-01-14
(commenté),
2011-12-02
(initial)
Obj. : Politique-santé
légendeStévia-autorisation : La commission Européenne de Bruxelles vient d'autoriser l'utilisation de la stévia sous forme d'édulcorant, dans les produits alimentaires ; le produit est, originalité, d'origine naturelle et extrait (à l'eau chaude, comme pour les feuilles de thé) d'une petite plante d'Amérique du Sud, Stevia ribaudiana (pas plus de 50 centimètres de haut, elle pousse bien dans les jardins en France et fleurit à l'Automne) ; le pouvoir sucrant de cette poudre blanche est surprenant : de 100 à 300 fois plus grand que le sucre raffiné, bien que les feuilles de la plante ne contiennent ni saccharose, ni calorie ;     la stévia est déjà commercialisée depuis début 2010 en France sous forme d'additif alimentaire (et franchement à la mode depuis, dans le cadre de la vague Bio et du zéro-calories), mais il va être possible de la trouver, dès le 2 Décembre 2011, dans les yaourts, boissons et produits sucrés… et les géants de l'alimentaire fourbissent de nouveaux slogans (autorisés) tels que "Stévia = sucrant zéro calories et naturel", sachant que Coca-Cola a déjà annoncé que de nouveaux produits à base de stévia arriveraient sur le marché dès 2012 (dans la gamme Fanta, pas pour détrôner le Coca Zéro, semble-t-il)… à suivre… [MonAutomedication.fr]

- Analyse et conseils : la stévia, utilisée depuis des siècles par les indiens Guaranis, n'a donc aucun effet sur le taux de glucose dans le sang et pourrait constituer, pour les diabétiques, une bonne alternative au sucre ; dans le domaine de la santé personnelle, c'est le laboratoire 3 Chênes qui à travers une de se filiales (Physioform) s'est investi très tôt dans la stévia et commercialise sous la marque Sylvia une gamme de mini-comprimés en pharmacie (avec ou non des amincissants de phytothérapie) ; dans le domaine alimentaire, la question qui se pose évidemment, c'est si la stévia pourrait remplacer l'aspartame, un édulcorant artificiel hautement controversé (décriés par certains spécialistes, la toxicité et le potentiel cancérigène soupçonnés de l'aspartame entretiennent la rumeur, même si rien n'est à ce jour sérieusement démontré, au moins si la consommation reste raisonnable par jour) ; la vague de la stévia doit encore passer un obstacle subjectif : son arrière-goût de réglisse a du mal à séduire certains consommateurs Français, d'où des recherches industrielles actives actuellement qui visent à masquer cet arrière-goût…

Stévia-autorisation : Commentaires :
  • [2012-01-13, Sweet-France : j'ai lu dans le cadre de la loi de budget 2012 et de la nouvelle taxe sur les boissons sucrées que les boissons édulcorées intégralement à l'aide d'édulcorants d'origine naturelle ne seraient pas concernées par la taxe, car seules les boissons contenant des sucres ajoutés et les boissons dites light contenant des édulcorants de synthèse sont concernées par la taxation… donc voilà une autre bonne nouvelle sur la stévia !]
  • [2012-01-14, «MonAutomedication.fr» : votre interprétation est possible, mais pas garantie, et il faudra la publication détaillée des textes d'application avant de l'affirmer avec sûreté ; en plus, il faudrait qu'un fabricant soit en mesure de proposer une boisson édulcorée uniquement à base de stévia (à 100%)… aujourd'hui, cela ne semble pas le cas : la stévia est bien un édulcorant de source végétale, oui, avec un fort pouvoir sucrant, oui… mais son goût réglissé doit encore être masqué avec des arômes qui pourraient être des trappes à taxe ! pour des experts interrogés, l'association avec d’autres sources édulcorantes d'origine naturelle (hors sucre, taxé lui aussi) est une des pistes de travail envisageables, comme par exemple les protéines naturelles au goût sucré type thaumatine ou les polyols d'origine naturelle… attendons donc de voir la suite en se rappelant que telle quelle, la taxe pour une bouteille de soda de 1,5 litre, va entraîner une augmentation du prix de près de 11 centimes, et d'un peu plus de 2 centimes sur une cannette…]


Nouveaux commentaires ? (merci de contribuer via Contact)  


Actualisation: 14-Janvier-2012
Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels