* GALÉNIQUES PRODUITS *
(Formes pharmaceutiques)

Mots-clés : Galéniques Produits, Formes pharmaceutiques, Claude Galien, effervescent, soluble, oro-dispersible, gastro-résistant, à libération modifiée, gouttes ophtalmiques, cataplasme, emplâtres médicamenteux, liniment, dispositifs transdermiques, pastille, Ampoule, Collyre, Comprimé, Crème, Gel, Gélule - Capsule, Gommes à mâcher, Gouttes buvables, Granules, Granulés, Inhalateur - Nébuliseur, Lotion, Ovule, capsule et comprimé vaginaux, Pastille, Patch, Pommade, Sirop, Solution pour bains de bouche, Spray, Suppositoire, Suspension buvable | Rédaction - Actualisation de cette page : 26 Mars 2011

DÉFINITIONS
légende
pilule, comprimé, sirop, collyre, gel, patch, lyoc… la mise à disposition d'autant de formes pharmaceutiques différentes en automédication n'est pas un effet de mode… l'efficacité d'un médicament dépend en grande partie des moyens mis en œuvre pour qu'il arrive au bon moment et au bon endroit dans l'organisme et dépend aussi grandement de l'attractivité de sa présentation et de sa praticité d'emploi ; pour atteindre au mieux sa cible, le produit d'automédication peut être administré par différentes voies et peut se présenter sous différentes formes ; Galien a donné son nom à la pharmacie galénique, science de la mise en forme des médicaments
GALIEN le médecin Grec de l'Antiquité, Claude Galien (Claudius Galenus), né à Pergame (Pergamum) en Turquie en 129 ap. J.-C., est considéré comme l'un des pères de la pharmacie ; il a eu une influence durable sur la médecine Chrétienne, Juive et Musulmane, au Moyen-Âge ; ses préceptes ont dominé les connaissances médicales de la civilisation occidentale pendant plus d'un millénaire ; pour l'anecdote, le prénom Claudius, qui n'existe pas dans les textes Grecs, a été mentionné pour la première fois dans les textes de la Renaissance ; c'était peut-être une interprétation erronée de l'abréviation «Cl.» qui voulait dire «clarissimus»
FORMES une forme galénique (synonymes : forme pharmaceutique, forme médicamenteuse) désigne la forme individuelle sous laquelle sont mis les principes actifs (matières actives) et les excipients (matières inactives) pour constituer un médicament ; elle correspond à l'aspect physique final du produit médicament ou du produit de santé, classée en 5 types (solide, souple, semi-solide, liquide, pressurisé)
  • formes solides : bâton, cachet, comprimé (enrobé ou non, effervescent, soluble, oro-dispersible, gastro-résistant ou à libération modifiée), capsule (à enveloppe) molle, dragée, gélule (capsule à enveloppe dure), gomme à mâcher, granule, granulé (c'est différent !), pilule, pastille, poudre orale ou pour application cutanée, poudre lyophilisée stérile pour injection, tablette, suppositoire, ovule
  • formes souples : dispositifs transdermiques
  • formes semi-solides : cataplasme, crème, emplâtres médicamenteux, gel, pâte, pommade
  • formes liquides : collyre (gouttes ophtalmiques), émulsion buvable, goutte otique (externe), liniment, liquide oral (bain de bouche), lotion, mousse, shampooing, sirop, solution (injectable, buvable etc.), suspension buvable, infusion
  • formes pressurisées : préparation pour inhalation, nébuliseur, inhalateur pressurisé à valve doseuse, inhalateur à poudre
SPÉCIFICITÉS chaque forme galénique présente des spécificités et un usage particulier, elle est la résultante de contraintes (en fonction de l'indication, de la localisation, des caractéristiques des principes actifs), mais aussi de projets (praticité dans le cadre de l'automédication, attractivité pour les enfants, pour les femmes, pour les personnes âgées, pour l'adulte au travail, en déplacement, etc.) ; un produit d'automédication contient une ou des substance(s) active(s) mais aussi d'autres substances dites auxiliaires : les excipients (les excipients ont des rôles très variés : par exemple, servir à favoriser l'absorption, à modifier le goût ou seulement à faciliter la fabrication) ; la liste ci-après présente les principales formes galéniques avec leurs spécificités et des conseils pratiques pour chacune ; les formes injectables soit en injection (administrée en piqûre), soit par perfusion (administration lente dans le sang), ne sont pas disponibles en automédication (et ne sont pas traitées, ici) ; les noms des formes pharmaceutiques ont été harmonisés en Europe pour éviter les confusions et éventuellement les erreurs de manipulation (par exemple, un liquide oral tel qu'un bain de bouche ne doit pas être confondu avec une solution buvable) ; la recherche en vue de découvrir des formes galéniques plus adaptées est très active : des micro-systèmes intégrés et autorégulés qui permettent de moduler, en temps réel, la libération d’un principe actif en fonction des paramètres biologiques tels que les implants, placés sous la peau et contenant une réserve de principe actif qui est libéré en continu dans l'organisme pendant de 1 à 5 ans, les liposomes, les hydrogels, les pompes sous-cutanées, les comprimés bio-adhésifs, etc.

SOLUTIONS DE PRÉSENTATIONS PHARMACEUTIQUES

| Ampoule | Collyre | Comprimé | Crème | Gel | Gélule-Capsule | Gommes à mâcher | Gouttes buvables | Granules | Granulés | Inhalateur-Nébuliseur | Lotion | Ovule-capsule-comprimé vaginaux | Pastille | Patch | Pommade | Sirop | Solution pour bains de bouche | Spray | Suppositoire | Suspension buvable |

TYPE PRÉSENTATIONS FORME REMARQUES CONSEILS
Ampoule solution buvable ou solution d'application locale liquide [oral/local] les ampoules en verre sont des enveloppes qui renferment la substance active sous forme de solution liquide (à avaler ou en application externe, selon produit) ; pour l'utilisation, selon les modèles, une extrémité seulement est cassable (type fiole) ou les 2 extrémités sont cassables (forme cylindrique avec 2 extrémités effilées), une par laquelle le liquide coule et l'autre pour que l'air puisse entrer afin que le liquide s'écoule ; aujourd'hui, tous les modèles sont auto-cassables (anciennement, avec une lime mini-scie pour pré-casser le verre) ; à savoir : les ampoules buvables peuvent se prendre pures ou diluées dans de l'eau ou du jus de fruit ; il existe une autre forme pharmaceutique d'ampoule pour injection (très rare dans le cadre de l'automédication) ne pas casser l'ampoule au-dessus du verre pour éviter la chute de débris d'ampoule dans le liquide ; préférer la présentation en ampoule incassable (verre incassable ou plastique)
Collyre ophtalmique liquide plus ou moins visqueux (voire gel) dans une enveloppe rigide (plastique, verre), appliquée directement sur l'œil liquide [local] le collyre est un liquide plus ou moins visqueux (voire gel) dans une enveloppe rigide (plastique, verre), appliqué en goutte directement sur l'œil ; à savoir, certaines présentations en flacon disposent de systèmes complexes de sécurité (isolement du principe actif, procédé anti-retour) et sont donc objectivement de qualité équivalente aux unidoses se laver soigneusement les mains avant de procéder à l'application ; éviter tout contact de l'embout (ou du compte goutte) avec l'œil ou la paupière ou la peau ; respecter un écart de 15 minutes entre les instillations de 2 collyres différents ; préférer la présentation en doses unitaires (unidoses) ce qui assure d'avoir un collyre toujours stérile et facilite le traitement (même si plus chère)
Comprimé orale en poudre comprimée enrobée ou non d'un film protecteur
légende
solide [oral/loc-oral] les comprimés sont les formes les plus utilisées, car les plus simples, mais pas forcément les mieux connues (en plus des comprimés standards habituellement enrobés ou dragéifiés, il existe des comprimés à libération accélérée (comprimés effervescents, dispersibles, poudre comprimée se dissolvant dans l'eau, lyocs, comprimés sublinguaux, comprimés orodispersibles), des comprimés gastro-résistants (dont l'absorption ne commence que dans l'intestin, et pas dans l'estomac), des comprimés à libération prolongée (ou LP) ; à savoir : les pilules contraceptives sont en fait de petits comprimés ; les dragées sont des comprimés dragéifiés ne pas écraser certains types de comprimés (comprimés LP et gastro-résistants) ; toujours avaler les comprimés standards avec un grand verre d'eau, car cela évite qu'ils ne se collent à la paroi de l'œsophage ou de l'estomac et provoquent des ulcérations, voire exceptionnellement une perforation ; écraser obligatoirement les comprimés standards pour les enfants de moins de 6 ans avant de les avaler avec un grand verre d'eau, pour éviter un problème de fausse route, c'est-à-dire quand le comprimé passe dans la trachée de l'enfant (voie respiratoire) et pas, comme voulu, dans son œsophage (voie digestive) ; se rappeler que les comprimés effervescents contiennent du sel (sodium) en quantité notable
Crème semi-solide en application externe solide [local] une crème est une préparation pour traitement local (topique) à base d'eau ou d'huile, moins grasse que la pommade ; à savoir : c'est une pommade avec davantage d'huile ou d'eau, donc onctueuse et qui permet une meilleure pénétration appliquer toujours une crème lentement et longuement ; préférer, si disponibles, les présentations en flacon pompe qui facilitent l'application, permettent de mieux contrôler la dose administrée, limitant les risques de surdosage et de mieux se conserver (pas de contact direct avec l'air ambiant)
Gel semi-solide en application externe solide [local] un gel est une préparation pour traitement local (topique) sur la peau ; certains gels sont translucides appliquer toujours un gel en fine couche en massage léger ; préférer, si disponibles, les présentations en flacon pompe qui facilitent l'application, permettent de mieux contrôler la dose administrée, limitant les risques de surdosage et de mieux se conserver (pas de contact direct avec l'air ambiant)
Gélule - Capsule poudre dans une enveloppe
légende
solide [oral] les gélules sont constituées de 2 parties s'emboîtant l'une dans l'autre, c'est-à-dire 2 capsules de gélatine fermées contenant une poudre, la plupart du temps, mais aussi parfois des granulés ou des liquides; elles sont utiles pour les médicaments sensibles à la lumière ou qui ont mauvais goût ; contrairement aux comprimés LP, certaines gélules à libération prolongée peuvent dans certains cas être ouvertes pour être administrées plus facilement aux personnes ayant des difficultés à déglutir (personnes âgées) ; à savoir : le cachet est un peu obsolète aujourd'hui, remplacé par d'autres formes de capsules telles que les gélules (c'est une forme médicamenteuse solide, à avaler, constituée d'une enveloppe dure contenant une dose d'un ou plusieurs principes actifs) ; dans le langage populaire, le mot cachet est souvent utilisé à tort pour désigner le comprimé, la dragée (d'autres formes médicamenteuses plus couramment utilisées) toujours avaler les gélules avec un grand verre d'eau, car cela évite qu'elles ne se collent à la paroi de l'œsophage ou de l'estomac et provoquent des ulcérations voire exceptionnellement une perforation ; ne plus s'inquiéter des rumeurs angoissantes suite au problème de la maladie de la vache folle (la vache est une source d'approvisionnement de la gélatine), de nouvelles matières pour l'enveloppe des gélules (tels les dérivés de la cellulose) et de nouvelles méthodes de fabrication de la gélatine (sans risque) sont apparues sur le marché
Gommes à mâcher pâte à mastiquer sans avaler solide [loc-oral] le chewing-gum, gomme à mâcher ou chiclette (en Suisse) est une forme déjà connue depuis plus de 5 000 ans, chez les Mayas, au Mexique, et ré-inventée en 1872 par Thomas Adams, qui, mélangeant du chiclé (latex issu du sapotier) avec de la résine et du sirop ; à savoir : dans le cadre de l'automédication, une forme peu utilisée (arrêt du tabac, mauvaise haleine), mais en confiserie c'est différent, avec plus de 5 milliards de tablettes consommées chaque année en France (le plus fort taux par habitant dans le monde) ne pas abuser des chewing-gums sans sucre (en cas de consommation excessive, risque d'effets laxatifs dus au sorbitol) ; ne jamais jeter un chewing-gum sur la voie publique (les trottoirs et autres couloirs de métro de nombreuses villes du monde sont définitivement pollués par les vieux chewing-gums jetés par des consommateurs indélicats, sachant qu'un chewing-gum collé et piétiné est pratiquement impossible à nettoyer)
Gouttes buvables liquide à diluer dans l'eau liquide [oral] les gouttes sont une forme liquide concentrée, en général à base d'alcool (ce qui implique que le principe actif soit soluble dans l'alcool, ce qui est le cas d'un extrait alcoolique de plante médicinale ; une forme bien adaptée pour tous ceux qui ont des problèmes de déglutition, et qui ne peuvent, par conséquent, avaler gélules ou comprimés comme les personnes âgées et les enfants ; les gouttes ont aussi l'avantage de pouvoir plus facilement adapter la dose à absorber, le fractionnement n'étant pas toujours aisé pour un comprimé, et impossible pour n'importe quelle autre forme orale ; elles sont prises avec un verre d'eau ; à savoir : les gouttes nasales ou auriculaires sont d'utilisation topique, c'est-à-dire d'application locale (elles ne sont pas buvables) respecter les conditions de conservation des gouttes buvables, indiquées dans la notice (à l'abri de la lumière, à température ambiante, au réfrigérateur, etc.)
Granules orale à sucer solide [loc-oral] un granule est une forme pharmaceutique désignant traditionnellement une bille de sucre sur laquelle sont déposés la substance active et les excipients ; l'utilisation en tant que forme finale est presque exclusive de l'homéopathie (en sachet ou dans des tubes) ; ne pas confondre avec les granulés (écrits avec un accent) qui sont des formes solides à avaler sucer lentement les granules d'homéopathie (ils sont administrés par voie sublinguale)
Granulés orale à avaler solide [oral] les granulés sont une forme pharmaceutique souvent aromatisée, constituée par des grains solides et secs à partir d'un agglomérat de particules de poudre qui peut être avalé tel quel, ou bien croqué ou même dissous dans un liquide, avant d'être avalé ; ne pas confondre avec les granules (écrits sans un accent) qui sont des formes solides à sucer ingérer les granulés avec une boisson gazeuse, en cas de port de prothèse dentaire, pour éviter que les granulés ne se collent à l'appareil
Inhalateur - Nébuliseur gaz ou liquide à vaporiser
légende
gazeux [local] un nébuliseur est un appareil permettant de transformer certains liquides en un nuage de particules extrêmement fines (brouillard), à froid ; un inhalateur est un appareil (éventuellement pressurisé) ou un accessoire qui permet l'absorption, sous la forme d'une vapeur ou d'un gaz, de substances actives (solide, liquide) par les voies respiratoires (fumigation) préférer les formes en dosettes unitaires
Lotion liquide en application externe liquide [local] une lotion est une préparation de soin liquide que l'on applique sur la peau ou les cheveux pour soigner ou entretenir notamment l'épiderme éviter de conserver une lotion dans un endroit chaud (sous les tropiques, les placer dans le réfrigérateur)
Ovule, capsule et comprimé vaginaux solide fondant solide [local] un ovule est une forme galénique destinée à la voie d'administration topique vaginale (également appelée suppositoire vaginal) qui fond à température corporelle éviter de conserver les ovules dans un endroit chaud (sous les tropiques, les placer dans le réfrigérateur) ; ne pas administrer un ovule par une autre voie naturelle, comme la bouche (c'est une grossière erreur qui n'est pas si rare)
Pastille orale à sucer solide [loc-oral] une pastille est une forme pharmaceutique dure, souvent cylindrique ou d'une forme ronde aplatie qui se suce (également un bonbon, en confiserie) sucer lentement une forme pastille (et ne pas la croquer, ce qui reviendrait à diminuer son efficacité)
Patch solide en application externe
légende
solide [local] un patch est un autocollant à système trans-dermique (en bon Français, dispositif trans-dermique, encore appelé timbre) qui se fixe sur la peau grâce à une substance adhésive hypoallergénique et qui diffuse progressivement le principe actif dans tout l'organisme (pas seulement sur la zone de peau en contact) ; à savoir : l'effet débute 30 minutes environ après la pose, puis se prolonge durant la journée ; en général la taille du patch est proportionnelle à la quantité de principe actif délivrée ; le bain, la douche, la baignade sont possibles avec un patch (pas de décollage intempestif) toujours alterner les endroits de pose du patch (jamais 2 fois au même endroit) pour éviter les irritations ; poser le patch sur une peau glabre, propre et sèche ; ne pas découper un patch sans l'avis du pharmacien de confiance (certains modèles le permettent, d'autres pas, selon leur procédé de fabrication)
Pommade semi-solide en application externe solide [local] une pommade est une préparation semi-solide de consistance onctueuse, composée d'un ou de plusieurs corps gras auxquels sont incorporés un ou plusieurs principes actifs destinés à être appliqué sur la peau ; à savoir : l'onguent, semblable, se différencie de la pommade par une consistance plus épaisse (avec en plus de la résine) ; la pâte dermique, semblable, se différencie de la pommade par plus de poudre ; le baume, semblable, se différencie de la pommade par la présence d'une résine tirée d'un arbre qui comprend 2 acides (l'acide cinnamique et l'acide benzoïque) appliquer toujours une pommade lentement et longuement ; préférer, si disponibles, les présentations en flacon pompe qui facilitent l'application, permettent de mieux contrôler la dose administrée, limitant les risques de surdosage et de mieux se conserver (pas de contact direct avec l'air ambiant)
Sirop solution buvable épaisse
légende
liquide [oral] le sirop est une forme liquide épaisse, voire visqueuse, à base de sucre ou d'aspartam qui, pour cette raison, est souvent utilisée chez les enfants ; la tendance actuelle est de formuler le sirop sans sucre (moins cariogène), ce qui au sens strict de la définition devrait le faire changer de dénomination en suspension édulcorée grâce à l'aspartame, l'isomalt, l'acésulfame K, etc. et épaissie grâce à des gélifiants souvent extraits d'algues (carraghénanes, par exemple) ou dérivés de la cellulose bien vérifier avant chaque utilisation que le sirop ne contient pas de volutes ni un voile signalant une contamination microbienne (même si le sucre en grande proportion possède des propriétés anti-bactériennes et donc limite le risque) ; ne jamais laisser un flacon de sirop d'automédication à portée des enfants (qui seraient trop tentés de le vider comme une confiserie) ; consommer sirops et suspensions, une fois entamés, dans le mois, et les conserver de préférence au réfrigérateur, sauf indication contraire
Solution pour bains de bouche solution non buvable
légende
liquide [loc-oral] une solution pour bains de bouche est un liquide utilisé en gargarisme (donc, qui ne doit pas être avalé) utiliser rapidement la solution, une fois entamée ; ne pas utiliser en continu (maximum pendant 5 jours, car risque de modifier l'équilibre microbien de la bouche et de la gorge)
Spray gaz ou liquide à vaporiser
légende
gazeux [local] un spray est un récipient sous pression contenant un gaz ; il peut provoquer une légère sensation de picotement à l'application ne pas inhaler un spray (même si cela paraît tentant) ; ne pas percer ou brûler le flacon sous pression, même après usage (risque d'explosion, de feu) ; ne pas vaporiser vers une flamme ou un corps incandescent ; maintenir à l'écart de toute flamme ou source d'étincelle ; protéger contre les rayons solaires ; ne pas exposer à une température supérieure à 50°C ; utiliser seulement dans des zones bien ventilées ; ne pas fumer à proximité ; conserver hors de la portée des enfants
Suppositoire solide fondant
légende
solide [local] le suppositoire est une forme galénique destinée à être introduite par l'anus dans le rectum (dans lequel il fond à température corporelle) ; en France, c'est une forme souvent utilisée, notamment pour les enfants, car plus facile à leur administrer que des formes orales telles que sirops ou comprimés ; à savoir : contrairement aux suppositoires à excipient gras, les suppositoires de glycérine pour la constipation ne sont pas naturellement lubrifiés (utiliser, alors, un lubrifiant intime pour faciliter leur administration, ou bien les humidifier) éviter de conserver les suppositoires dans un endroit chaud (sous les tropiques, les placer dans le réfrigérateur) ; ne pas administrer le suppositoire par une autre voie naturelle, comme la bouche (c'est une grossière erreur qui n'est pas si rare) ; ne pas introduire le suppositoire par la partie pointue en premier (même si cela paraît plus naturel), mais au contraire, introduire le suppositoire par son extrémité plate (éventuellement mouillé à l'eau auparavant) ; ne jamais utiliser plus de 4 suppositoires par jour (risque d'écoulement anal, inconfortable et inefficace), quel que soit le produit concerné
Suspension buvable solution buvable liquide-solide liquide [oral] une suspension buvable est constituée de fines particules solides dans un liquide qui peut être prête à l'emploi ou à réaliser avant emploi, c'est-à-dire à reconstituer avec de l'eau minérale (poudre pour suspension buvable) ; c'est une forme bien adaptée aux enfants bien agiter ou remuer avant emploi ; préférer, si disponible, les présentations en sachet-dose (plus pratique) ; consommer sirops et suspensions, une fois entamés, dans le mois, et les conserver de préférence au réfrigérateur, sauf indication contraire

MISE EN GARDE : (rappel) bien respecter les conseils et précautions d'emploi mentionnées sur la notice pour garantir le maximum d'efficacité et de sécurité

Actualisation: 26-Mars-2011
Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels