* PROFILS-MODÈLES-SANTÉ *
(des 6 types de comportements d'automédication selon profils... aux modèles de santé actuels)

Mots-clés : Profils-Modèles-Santé, des 6 types de comportements d'automédication selon profils... aux modèles de santé actuels, automédication restreinte avis médical, automédication passive, automédication semi-ouverte, automédication suiviste, automédication par reconduction, automédication active, automédication avec conseil du pharmacien, automédication pro-active, manger varié, pratiquer une activité physique, éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé, éviter de grignoter entre les repas, suivre une bonne hygiène régulière, boire encore et encore, boire sans soif, surveiller régulièrement la tension artérielle, préserver le capital visuel, préserver le capital auditif, garder un esprit vif et un bon équilibre psychique, penser au check-up de la cinquantaine, vivre au quotidien le «principe du plaisir» | Rédaction - Actualisation de cette page : 21 Avril 2011

COMPORTEMENT-TYPES 6 types de comportements (sérieux et responsables) pour l'automédication paraissent valides à «MonAutomedication.fr», selon le profil et chaque problème considéré (de la stratégie la plus libre, à la plus contrainte) : [1] automédication pro-active, possible via le libre accès de l'officine et après validation du pharmacien, [2] automédication active, tenant compte des conseils du pharmacien, [3] automédication suiviste, avec accès à la trousse personnelle par reconduction d'un traitement antérieur prescrit ou conseillé dans le cadre d'un problème similaire, [4] automédication semi-ouverte, après interrogation et avis du pharmacien, [5] automédication passive, seulement sous couvert de la décision d'un professionnel de santé, [6] automédication restreinte à un avis médical indispensable

en pratique, et pour rester simple, face à un petit trouble bénin qui relève de l'automédication (c'est-à-dire qui ne relève pas de la prescription médicale, voire de l'urgence, comme ici mentionné dans les mises en garde pour chaque trouble) :
  • pour un adulte (ou un enfant de plus de 15 ans) en bonne santé générale (sauf grossesse, sauf femme allaitant, sauf profil individualisé ci-après).. . les 6 types de comportement sont ouverts, [1][2][3][4][5][6], selon niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné (évidemment plus ces niveaux sont élevés, plus l'automédication libre est ouverte, par exemple active ou pro-active, sans que cela soit une obligation)
  • pour un jeune enfant de moins de 15 ans (et de plus de 30 mois) en bonne santé générale.. . les 4 derniers types de comportement sont ouverts à l'adulte qui s'en occupe [3][4][5][6], selon niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné (évidemment plus ces niveaux sont élevés et plus l'enfant est âgé, plus l'automédication autonome est possible, sans toutefois viser une automédication active ou pro-active, et sans que cela soit une obligation)
  • pour un nourrisson, donc âgé de 1 mois à 30 mois, en bonne santé générale.. . seuls les 3 derniers types de comportement sont ouverts à l'adulte qui s'en occupe [4][5][6], selon niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné (évidemment plus ces niveaux sont élevés, plus l'automédication semi-autonome est possible)
  • pour un bébé, donc âgé de moins de 1 mois, en bonne santé générale.. . seul le dernier type de comportement est ouvert, voire à la rigueur l'avant-dernier en dépannage, est ouvert à l'adulte qui s'en occupe [5][6], quels que soient les niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné
  • pour une femme enceinte ou allaitant, même en bonne santé générale.. . seul le dernier type de comportement est ouvert, voire à la rigueur l'avant-dernier en dépannage [5][6], quels que soient les niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné
  • pour toute personne en mauvaise santé générale (maladie chronique, déficiences liées à l'âge).. . seuls les 3 derniers types de comportement sont ouverts [4][5][6], selon niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné (évidemment plus ces niveaux sont élevés, plus l'automédication semi-autonome est possible, sans que cela soit une obligation)
  • pour toute personne au profil individualisé (sportif de compétition, conducteur régulier d'automobile ou d'engin, allergique caractérisé, etc.), ou par défaut, en cas de doute,.. . seuls les 4 derniers types de comportement sont ouverts [3][4][5][6], selon niveaux d'éducation générale, de connaissances personnelles en santé et d'expérience précédente du trouble concerné (évidemment plus ces niveaux sont élevés, plus l'automédication semi-autonome est possible, sans que cela soit une obligation)
EXCLUSION-INCLUSION
  • selon les PAR, Principes d'une Automédication Réussie, la femme enceinte, le bébé, le nourrisson sont strictement exclus de l'automédication ;
    pour les enfants (jeunes : de moins de 6 ans, parfois au-delà, selon le problème), les maladies chroniques (les ALD, affections de longue durée, notamment le diabète ou l'hypertension), il est indispensable de se référer complètement au conseil-avis du pharmacien de confiance, à proximité (voire, consulter d'emblée le médecin traitant, notamment en cas de troubles psychiques)
  • réciproquement, selon les mêmes PAR, les adultes sont tout à fait libres d'initiatives pour une démarche active d'automédication responsable (guidées par le conseil du pharmacien, par exemple près de son comptoir ou du libre accès), en parfaite adéquation avec la mission de «MonAutomedication.fr» ;
    pour les grands enfants (12 à 15 ans, parfois moins jeunes encore, selon le problème), pour les personnes âgées (entre 65 et 70 ans, ou plus, sans maladie chronique), il est préférable de se référer au conseil du pharmacien de confiance, à proximité, et donc d'adopter une démarche passive, ce qui n'empêche pas de s'informer sur «MonAutomedication.fr» au préalable (tout en laissant le professionnel de santé évaluer, valider et décider seul)
LIMITATIONS le site Internet «MonAutomedication.fr» est intentionnellement limité car il est volontairement incomplet sur les informations diagnostiques et sur les détails techniques des produits : seules les informations pertinentes au besoin des visiteurs-consommateurs sont rapportés, laissant par principe au pharmacien-conseil tout son rôle (technique, psychologique, économique) ;
au contraire (limitation négative), se méfier des sites Internet qui visent à traiter de tous les sujets de la santé, avec en plus des forums (qui sont des pièges à publicité) ou bien des communications santé non labélisées par les autorités administratives
; se détourner également des sites Internet d'informations santé qui ne mentionnent pas les dates d'actualisation (et qui, de fait, mentionnent des traitements ou des produits obsolètes, voire même retirés du marché !)
MODÈLES-SANTÉ en contrepoint de ces profils inclus ou exclus de l'automédication, sont listés ci-après quelques modèles de santé tels qu'ils sont reconnus actuellement ;
ces modèles sont fondés d'après des études épidémiologiques sur l'incidence des maladies, sur l'espérance de vie, de plus en plus nombreuses, mais, il faut le savoir, encore balbutiantes et surtout non individualisées en fonction d'un profil génétique (probablement pour la génération suivante... sans faire de science fiction) ;
les experts semblent au moins d'accord sur un point : le meilleur modèle de santé aujourd'hui en général (c'est-à-dire sans considérer l'inégalité fondamentale à la naissance -donc, génétique- des uns et des autres en matière de santé) repose sur un bon équilibre d'activités (sans excès) avec des projets dynamiques y compris au cours des 3ème et 4ème âges, une bonne nutrition (sans excès) depuis la prime jeunesse, une bonne hygiène (sans excès), une bonne attitude (positive, relationnelle, empathique), une ouverture aux plaisirs de la vie (sans excès) ;
rien de nouveau depuis Epicure pourrait-il sembler... sauf qu'à analyser la situation de plus près, la généralisation de l'obésité (y compris chez les très jeunes), la fréquence croissante des inadaptations sociétales psychiques, des mal-êtres, poussent à promouvoir ces modèles... encore peu mis en pratique ;
le modèle le plus communiqué aujourd'hui est celui de «manger et bouger» de l'Inpes qui propose des recommandations nutritionnelles tout à fait compatibles avec les notions de plaisir et de convivialité, ainsi que des suggestions d'activités physiques régulières et raisonnables... pour en savoir plus : Manger & Bouger Internet (lien externe) ;
ne pas hésiter à en parler, à en discuter avec le pharmacien de confiance à proximité : la science du bien manger au bon moment, objectif prioritaire de la diététique moderne, est incluse dans son enseignement (au cours des 5 ans d'études, au moins)

légendesSOLUTIONS DE SANTÉ ET DE PRÉVENTION

THÈMES CIBLE PROBLÈME OBJECTIF CONSEILS
manger varié famille obésité au moins 5 portions de fruits et légumes par jour, selon le Programme National Nutrition Santé (PNNS), inclus dans «Manger & Bouger» et élaboré par le Ministère de la Santé (évidemment les dites portions ne signifient pas une rondelle de carotte ou un grain de raisin !) ; par exemple, sur une journée, un jus d'orange pressé frais le matin, une salade ou une assiette de haricots verts-jaunes à midi, une pomme au goûter, et un plat de ratatouille et une compote le soir (cet exemple souligne qu'il s'agit bien de 5 aliments différents pour la variété et de 5 aliments pour toute la journée, et pas par repas !) se rappeler que chaque famille d'aliments a sa place dans l'assiette de chacun, et cela quotidiennement (tous sont indispensables pour assurer un équilibre nutritionnel, mais la consommation de certains doit être limitée tandis que la consommation d'autres est à privilégier) ; en pratique :
  • consommer au moins 5 fruits et légumes par jour, qu'ils soient crus, cuits, nature, préparés, frais, surgelés ou en conserve
  • manger du pain et des produits céréaliers, des pommes de terre et des légumes secs à chaque repas et selon l'appétit (en privilégiant les aliments céréaliers complets)
  • consommer 3 produits laitiers par jour (lait, yaourt, fromage) en privilégiant la variété
  • manger de la viande, du poisson (et autres produits de la pêche) ou des œufs 1 ou 2 fois par jour en alternance, en pensant à consommer du poisson au moins 2 fois par semaine
  • limiter les matières grasses ajoutées (beurre, huile, crème fraîche, etc.) et les produits gras (produits apéritifs, viennoiseries, etc.)
  • limiter le sucre et les produits sucrés (sodas, boissons sucrées, confiseries, chocolat, pâtisseries, crèmes-desserts, etc.)
  • limiter la consommation de sel et préférer le sel iodé
  • boire de l'eau à volonté, au cours et en dehors des repas
  • ne pas dépasser, par jour, 2 verres de boisson alcoolisée pour les femmes et 3 verres pour les hommes (1 verre de vin de 10 cl est équivalent à 1 demi de bière, soit 25 cl, ou à 1 verre de 6 cl d'une boisson titrant 20 degrés, de type porto, ou à 1 verre de 3 cl d'une boisson titrant 40 à 45 degrés d'alcool, de type cognac, whisky, vodka ou pastis)
pratiquer une activité physique famille sédentarité, obésité régulièrement (chaque jour), car les muscles s'atrophient si l'on ne s'en sert pas pratiquer quotidiennement une activité physique pour atteindre au moins l'équivalent de 30 minutes de marche rapide par jour (prendre l'escalier plutôt que l'ascenseur, préférer la marche et le vélo à la voiture lorsque c'est possible, descendre d'un transport en commun 1 station avant celle prévue et terminer à pied…), quel que soit l'âge (en encore plus, après 50 ans comme à 90 ans) ;
en cas de reprise d'activité physique après une (longue) interruption (comme tout le monde !), procéder progressivement (en douceur), en 3 étapes, d'abord, la marche rapide pendant un mois, 2 à 3 fois par semaine, puis (en plus), courir tranquillement (en Anglais, le «running») en alternant avec des séquences de marche rapide pour un total 20 à 40 minutes sans s'arrêter 1 fois par semaine, enfin (à la place), courir à rythme régulier sans s'arrêter pendant 40 à 60 minutes (en Anglais le «jogging»), voire moins si lassitude (physique et/ou du plaisir) ;
ne pas lésiner sur la qualité des chaussures achetées (en fonction du sol du terrain parcouru)
éviter de manger trop gras, trop sucré, trop salé famille, ados obésité limiter (surtout pour les ados) les frites, chocolats, gâteaux et glaces chercher (et trouver) des recettes malines, légères, incluant du poisson et des légumes ; prendre soin de son assiette, car c'est un gage de meilleure santé (trop d'excès et menaces de surpoids, voire d'obésité ; trop de carences et menaces de faiblesses) si bien que certains experts voient dans une alimentation plus équilibrée -ni trop gras, ni trop sucré, ni trop salé-, un outil de prévention contre des maladies graves comme le cancer
éviter de grignoter entre les repas famille, ados obésité limiter la consommation de nourriture en dehors des repas (par exemple le seau de pop-corn au cinéma, les barres chocolatées ou les chips dans l'après midi, les salés-sucrés à l'apéro, etc.) prendre l'habitude de ne manger que lors des 3 repas, en prenant son temps alors (pas de petit-déj en catastrophe, pas de déjeuner debout sur le pouce, pas de dîner-impasse devant la télé) et en privilégiant un petit déjeuner complet (soit 30 à 40 % des apports énergétiques totaux d'une journée… et pourquoi pas comme les Européens du Nord ?) ; sauter un repas est une mauvaise idée, car la faim va pousser à manger en excès au repas suivant ; surveiller son poids 1 ou 2 fois par mois (après calcul du poids idéal via l'IMC, Indice de Masse Corporelle, voir : Surpoids) ; noter que maintenant la collation du matin à l'école a été officiellement abandonnée (ne pas donner d'argent aux enfants pour le distributeur de snacks ou de boissons gazeuses, hors établissement
suivre une bonne hygiène régulière famille infections limiter les risques d'infection microbienne ou de transmission d'infection se laver complètement (douche, à défaut bain) une fois par jour avec un savon simple (y compris les parties génitales) ;
se laver les mains avec un savon simple plusieurs fois par jour (après chaque repas, chaque passage aux toilettes, voire davantage en cas d'infection) ;
se laver les dents après chaque repas ;
se laver les cheveux avec un shampoing approprié une fois tous les 2 jours
boire encore et encore, boire sans soif famille toxicité rénale boire en moyenne 1,5 litre en hiver et 2 litres en été (eau, infusion, lait écrémé, jus d'orange pressé, tout est bon, à volonté), pour assurer le bon fonctionnement du métabolisme (pour être plus précis, le besoin standard en liquide non alcoolisé peut être calculé pour un adulte par la formule suivante, sachant qu'environ 1 litre ou 1000 ml est apporté indirectement par la nourriture : [poids en kg diminué de 20], multiplié par [15], additionné de [1500], diminué de [1000], soit pour une femme de 67 kg, [67-20]*[15]+[1500]-[1000]= 1205 ml ou 1.2 litre de boisson-eau nécessaire par jour)… en quelques chiffres, 55 kg = 1 l, 67 kg = 1.2 l, 90 kg = 1.5 l, 120 kg = 2 l ! apprendre à boire sans avoir soif, mais sans se forcer (pour un adulte, l'eau représente 60 % de la masse totale de l'organisme, et, pour un nourrisson, 70 %), pour renouveler l'eau éliminée dans les urines et par la sudation, et éviter les risques de déshydratation
surveiller régulièrement la tension artérielle adultes, personnes âgées maladies cardio-vasculaires mesurer la tension avec un appareil approprié (l'Hyper Tension Artérielle, ou HTA, représente le risque majeur pour les personnes âgées) acheter un appareil électronique de mesure de la tension en cas de HTA avérée ou labile (=inconstante) ; demander au médecin traitant ou au pharmacien-conseil de prendre la tension (c'est gratuit et ce sera fait par un professionnel) ; en cas de HTA avérée, prendre les médicaments prescrits sans arrêt (c'est un traitement à vie), respecter les règles hygiéno-diététiques spécifiques et essayer de prendre la vie de façon plus «zen» (avec pratique d'une activité physique dé-stressante, comme le yoga par exemple)
préserver le capital visuel personnes âgées, adultes, ados déficiences visuelles effectuer un examen oculaire régulier chez un ophtalmo ne pas différer le port de dispositifs de correction visuelle (ou envisager une chirurgie réparatrice avec l'ophtalmo), lorsque le besoin s'en fait sentir
préserver le capital auditif personnes âgées, adultes, ados surdité précoce partielle, acouphènes être raisonnable avec discernement, sans se priver de plaisirs seuls ou en groupe éviter de se placer à proximité des baffles de puissance (notamment aigus) dans les lieux connus pour leur niveau sonore hypertrophié (comme les discothèques extrèmes, les concerts pops) ; écouter les baladeurs MP3 au niveau sonore le plus bas (acquérir en plus un casque ou des écouteurs de qualité, de type ouvert, en abandonnant l'équipement de série fourni, souvent de qualité médiocre) ; en terme de durée, ne prolonger pas l'exposition des oreilles aux sons extrêmes (mettre les oreilles au calme et au repos, pendant 12 à 24 heures, après sur-exposition non évitable) ; ne pas différer le port de prothèses auditives lorsque le besoin s'en fait sentir
garder un esprit vif et un bon équilibre psychique adultes, personnes âgées maladie psychique plus précocément limiter la progression du vieillissement intellectuel, c'est aussi important que de veiller à sa forme physique conserver une activité intellectuelle quotidienne (rémunérée ou bénévole) ; consacrer quelques minutes par jour, dans une position de relaxation, à une activité ludique intellectuelle (selon les goûts, des mots-croisés, un sudoku, une énigme visuelle, des jeux-test) ; envisager une démarche plus moderne avec les jeux de stimulation de la mémoire sur Internet : gratuit après inscription, Axa-HappyNeuron Internet, avec l'accès à 15 jeux ludiques pour travailler la mémoire, les conseils d'un «coach», des outils de suivi personnalisés des performances, la possibilité de planifier les séances d'entraînement pour améliorer vos résultats plus rapidement, ou bien payant sans inscription préalable, le Cd-Rom Memo-Technik de MindAutonomy Internet, etc.)
penser au check-up de la cinquantaine adultes, personnes âgées maladies liées à l'âge améliorer, par la prévention, l'espérance de vie par un bilan-santé, dès la cinquantaine (et au-delà, tous les 5 ans) préparer la consultation en notant les signes qui paraissent suspects (toux, essoufflement…) ou les sur-risques probables spécifiques en fonction du sexe, du métier, des habitudes de vies, des antécédents personnels ou familiaux (tension artérielle, cholestérol, bilan sanguin, surpoids, sédentarité, parodontite, audition en baisse, œil et glaucome ou DMLA, ostéoporose, dépistage des cancers colorectal, de la prostate, du sein, de l'utérus) ; voir pour plus de détails : Examens-Soins gratuits
vivre au quotidien le «principe du plaisir» famille inadéquation corps/psychisme essayer de faire bien les choses, en s'accordant de temps en temps des extras veiller à se rendre la vie agréable (même quand il arrive des pépins) ; éviter l'anxiété ; se rendre utile et rester bien inséré dans la Société ; arrêter le tabac le plus tôt possible (après 45 ans, les risques sont majorés) ; proscrire l'essai d'une drogue (même dite douce)

MISE EN GARDE : quand un symptôme traîne sans explication, ou récidive plusieurs fois, quand un symptôme ne ressemble pas tout à fait à quelque chose de connu précédemment, quand l'intensité est forte, et qu'il n'est pas sûr que ce soit bénin, demander conseil au pharmacien de confiance, à proximité

Actualisation: 21-Avril-2011
Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels