* STRATÉGIES THÉRAPEUTIQUES *
(Allopathie, Aromathérapie, Gemmothérapie, Homéopathie, Naturothérapie, Oligothérapie, Organothérapie, Phytothérapie, Thermothérapie, Préparations magistrales)

Mots-clés : Stratégies thérapeutiques, Allopathie, Aromathérapie, Gemmothérapie, Homéopathie, Naturothérapie, Oligothérapie, Organothérapie, Phytothérapie, Thermothérapie, Préparations magistrales, médecine douce, aérosolthérapie, allo, aroma, gemmo, homéo, naturo, oligo, organo, phyto, thermo, cryo, prépa magistrales | Rédaction - Actualisation de cette page : 16 Octobre 2010

DÉFINITIONS pour les petits problèmes de santé quotidiens concernés par l'automédication, plusieurs stratégies thérapeutiques (ou types de solution) sont disponibles, chacune avec ses avantages et ses inconvénients pour chaque personne considérée, chacune avec un positionnement spécifique correspondant à des choix personnels, guidés ou non par le pharmacien de confiance, à proximité ;
attention, pour l'automédication, à chaque étape de traitement ne peut correspondre qu'un seul produit (avec une ou plusieurs substances) et surtout pas plusieurs produits appartenant à une seule stratégie ou à plusieurs stratégies thérapeutiques distinctes (voir : les 15 Principes d'Automédication) ;
en automédication, il est tout à fait possible d'utiliser plusieurs stratégies distinctes : par exemple à chaque étape d'un traitement, ou bien selon le problème rencontré, selon sa propre expérience personnelle (en cas d'incertitude, le pharmacien de confiance, à proximité, est disponible pour trancher) ;
l'allopathie correspond à la stratégie standard, celle qui est la plus utilisée en matière de prescription médicale, mais pas nécessairement (ou forcément) la plus adaptée en matière d'automédication (elle est une stratégie parmi d'autres) ;
l'homéopathie (médication par les hyper-dilutions), la phytothérapie ou la gemmothérapie (la médication par les plantes), l'aromathérapie (la médication par les huiles essentielles), la naturothérapie (la médication par les produits naturels), l'oligothérapie (la médication par les oligo-éléments) correspondent aux médecines dites alternatives, parfois encore appelées parallèles ou encore bio-thérapies ;
souvent décrites comme médecines douces (rien n'est plus faux), les stratégies alternatives ne s'adressent pas aux pathologies graves (car il y a un risque de masquage ou de retard à l'initiation du traitement par le médecin prescripteur allopathe), mais elles s'adressent aux pathologies mineures... donc elles peuvent être éligibles à l'automédication, et y sont pleinement intégrées
COMPARAISON à la différence de l'allopathie, les médecines alternatives sont hétérogènes dans leur concept :
  • la phytothérapie et les stratégies apparentées comme l'aromathérapie, la naturothérapie, la gemmothérapie, ne relèvent pas d'une médecine différente et distincte de la stratégie standard (allopathie), car il s'agit d'absorber ou d'appliquer des principes actifs non dilués ; d'ailleurs, même si c'est faux aujourd'hui, mais vrai jusqu'à la fin des années 60, la grande majorité des médicaments disponibles pour toutes les maladies (y compris les cancers) a été longtemps constitué de produits dérivés de plantes
  • l'homéopathie (ou la discipline proche que constitue l'organothérapie) est isolée, et correspond à un positionnement unique, à une classe thérapeutique spécifique, car elle vise une correction physiologique par l'ingestion de principes actifs très dilués, souvent tellement dilués qu'ils sont à peine détectables avec les méthodes traditionnelles
  • à noter que d'autres termes sont parfois utilisés pour désigner, à tort, des stratégies thérapeutiques, par exemple l'aérosolthérapie : en fait, cette thérapie ne se distingue que par le système d'application du principe actif (en l'occurrence un dispositif nébuliseur, un moyen) et donc n'est pas considérée comme une stratégie dans «MonAutomedication.fr»
MISSION les solutions proposées par «MonAutomedication.fr» relèvent de produits qui revendiquent un effet sur au moins un problème d'automédication (accepté par les instances Françaises ou Européennes), qui reposent sur de bonnes pratiques industrielles de fabrication et donc qui engagent la responsabilité du fabricant (qualité des extraits de plantes, stabilité et reproductibilité des composants, transformation industrielle qui garantie la sécurité, qualité pharmaceutique des complexes homéopathiques, etc.), et cela quelle que soit la stratégie thérapeutique employée ;
en conséquence, les produits industriels disponibles en pharmacie sont agréés par «MonAutomedication.fr» et éligibles à figurer dans la base de données quelle que soit leur classification ou leur type de composition en terme de stratégie thérapeutique, et quel que soit leur statut, avec AMM ou non (mais par simplicité, seules les marques avec une distribution nationale et significative, avec une notoriété réelle ou lancées récemment peuvent être sélectionnées par le comité scientifique et listées) ;
à l'inverse, les préparations non industrielles ne sont pas référencées par «MonAutomedication.fr», dont une partie de l'homéopathie ou de l'organothérapie, celle correspondant à des formules individuelles de granules (donc prescrites par le médecin-homéopathe ou conseillées-préparées par le pharmacien-homéopathe), ou les préparations magistrales (réalisées par le pharmacien en fonction du profil de chaque client), ou encore la naturopathie individualisée
COMMENTAIRES dans le cadre d'une automédication responsable, chacun est libre d'opter pour la stratégie de médication qui lui convient, notamment l'homéopathie et la phytothérapie au sens large, tout à fait respectables en automédication (chacune a démontré son utilité, globalement, dans le cadre des petits maux bénins, si employée à bon escient, et ne coûte pas plus cher) ; la seule réserve de principe que l'on peut émettre vis-à-vis de la phytothérapie au sens large, en terme de responsabilité, est que, hélas, trop d'incidents ou même d'accidents sont rapportés chaque année (demander toujours conseil à son pharmacien de confiance à proximité) : à tort, elle est considérée par le Grand-Public comme ne faisant courir aucun risque d'effet indésirable (sous couvert qu'elle ne comprendrait que des produits naturels), ou bien, comme toujours aussi efficace que les médicaments de synthèse (sous couvert que certains médicaments chimiques sont dérivés d'extraits de plantes), ou bien comme forcément bénéfique (sous couvert que le naturel ne pourrait qu'apporter des bienfaits, tendance «Bio» ou n'interagirait pas avec d'autres substances, par exemple des médicaments de synthèse) ;
la seule réserve de principe que l'on peut émettre vis-à-vis de l'homéopathie, en terme de responsabilité, est que, hélas, elle n'a pas réussi à démontrer son efficacité scientifique par des méthodes objectives (seulement un faisceau de résultats favorables est disponible, mais les quelques fabricants spécialisés font tous les efforts d'investissement nécessaires pour y parvenir, avec une méthodologie objectivable, encore à trouver, forcément différente de celle de l'allopathie)

légendesOPTIONS D'AUTOMÉDICATION

TYPE PRINCIPE CONTENU REMARQUES CONSEILS
allo médication par les substances de synthèse ou
les dérivés chimiques de substances naturelles
l'allopathie représente la thérapie standard, celles des médicaments des maladies sérieuses qui requièrent la consultation médicale (distinctes des maux bénins de l'automédication) l'allopathie, pour l'automédication, est une stratégie thérapeutique parmi d'autres ; l'arsenal de l'allopathie, dans le cadre de l'automédication, recouvre aujourd'hui 2 réalités, également convenables : d'abord (la grosse majorité), les substances anciennes, bien connues depuis plusieurs décades, longtemps prescrites et remboursées, puis souvent dé-remboursées par les pouvoirs publics (principalement pour dégager des marges financières pour payer les médicaments innovants, plus efficaces, mais aussi beaucoup plus chers)... ces substances anciennes n'ont pas démérité et assure un bon service en terme d'automédication ; ensuite (encore une minorité), les substances nouvelles ou les dérivés nouveaux de substances anciennes ou encore les présentations innovantes de substances anciennes, spécifiquement conçues pour l'automédication... ces substances nouvelles ou rajeunies sont plus proches de la pratique de l'automédication (mais comme elles ont nécessité des études particulières coûteuses, elles sont plus chères) ne pas penser que l'allopathie recense à elle seule tous les médicaments, c'est-à-dire les produits ayant obtenu une AMM (en réalité, il existe des produits hors allopathie qui ont obtenu des AMM, par exemple dans le cadre de l'homéopathie, et, il existe des produits sans AMM dont la composition est comparable aux médicaments d'allopathie avec AMM) ; ne pas penser que, dans le cadre de l'automédication, les produits d'allopathie sont nécessairement supérieurs aux produits d'autres stratégies thérapeutiques (en réalité, le meilleur produit d'automédication est celui qui convient à une personne particulière, quelle que soit la stratégie thérapeutique sélectionnée, en se rappelant que même en l'absence de stratégie thérapeutique, c'est-à-dire en ne faisant rien, les petits problèmes d'automédication disparaissent tout seul, avec les inconvénients de nécessiter davantage de temps, de faire subir davantage de gêne, d'exposer davantage à des risques de péjoration, comparés à une stratégie thérapeutique)
aroma médication par les huiles essentielles l'huile essentielle est un liquide obtenu par distillation à la vapeur d'eau de plantes aromatiques, elle est odorante et volatile, de consistance huileuse (insoluble dans l'eau sans ajout d'émulsifiant, elle se dissout rapidement dans des huiles végétales grasses et dans l'alcool) ; elle est administrée selon 4 voies (orale, cutanée, respiratoire et rectale), dont le choix dépend de l'huile essentielle considérée, de l'objectif thérapeutique, de l'âge et de la sensibilité de la personne concernée par le traitement l'aromathérapie consiste en l'utilisation médicale des extraits aromatiques de plantes (essences et huiles essentielles), à la différence de la phytothérapie qui fait usage de l'ensemble des éléments d'une plante ; le terme est utilisé pour la première fois en 1935 ; elle s'apparente à la naturothérapie ; elle peut être efficace quand elle est bien utilisée, sinon, elle peut être toxique, voire dangereuse ; plusieurs utilisations sont répertoriées : la diffusion atmosphérique (non thérapeutique), la voie transcutanée par les bains (non thérapeutique), la voie transcutanée en application locale ou bains (thérapeutique), l'inhalation en milieu humide ou à sec (thérapeutique), l'ingestion (thérapeutique) ; l'aromathérapie est pratiquement toujours associée à la phytothérapie, dans l'arsenal thérapeutique, le terme phyto-aromathérapie est d'ailleurs employé par les spécialistes ; en France, comme dans la plupart des pays de l'U.E., ni la vente des huiles essentielles, ni la pratique de l'aromathérapie ne sont réglementées : les contrefaçons ne sont pas rares et il est donc fondamental de s'approvisionner en produits manufacturés distribués par des laboratoires importants auprès de pharmaciens spécialisés ne jamais oublier que les huiles essentielles (HE) de l'aromathérapie sont, comme les extraits de plantes médicinales de la phytothérapie, des molécules actives (elles peuvent induire de graves effets secondaires) ; ne pas croire que pour une huile essentielle d'une plante, tous les produits se valent (en réalité, il peut exister, pour une même plante, plusieurs huiles essentielles qui n'ont pas les mêmes propriétés) ; ne pas faire confiance aux sites Internet spécialisés en aromathérapie qui ne précisent pas pour chaque huile citée son chémotype
gemmo médication par les bourgeons et les hyper-dilutions la gemmothérapie est conceptuellement un mélange de phytothérapie (utilisation de bourgeons de plantes) et d'homéopathie (dilution des macérinats de base) la gemmothérapie a été initiée dans les années 1960 par un homéopathe Belge, le docteur Pol Henry (1918 - 1998) pour qui les bourgeons de plante pouvaient constituer une thérapeutique efficace ; en France, la gemmothérapie n'est ni reconnue en tant que médecine ni remboursée par les mutuelles (pratiquée principalement en France, en Belgique, en Italie) ; selon la législation française, un macérat glycériné n'est pas un médicament mais est assimilé à une denrée alimentaire (un concentré à diluer pour obtenir une boisson aromatisée) ; les macérats de gemmothérapie sont utilisés en vue du drainage de l'organe que chaque bourgeon de plante est censé avoir pour cible privilégiée ; la gemmothérapie est agréée en principe sur «MonAutomedication.fr», cependant à ce jour aucun laboratoire significatif ne commercialise de complexes industriels et par conséquent aucun produit n'est listé dans la base de données se rappeler que la gemmothérapie n'est pas une variante de l'homéopathie, car même si les dilutions de macérats sont grandes, elles sont tout de même pondérables et loin d'être infinitésimales
homéo médication par les hyper-dilutions l'homéopathie, fondée sur le principe de l'activité thérapeutique des hautes dilutions à partir d'une teinture mère d'un produit toxique (végétal, animal ou minéral), relève d'une médecine différente et distincte de la médecine standard (encore appelée allopathie) : les médecins homéopathes possèdent un diplôme en plus et souvent n'exercent que dans ce cadre, les pharmaciens homéopathes décident d'en faire une spécialité supplémentaire, mais leur activité reste hybride ; les dilutions, dites hahnemanniennes, sont de 3 types : basses (drainantes), moyennes (pour les affections aiguës), hautes (pour les affections anciennes ou à composante psychologique), par exemple une dilution à 4 CH revient à diluer 4 fois de suite une solution initiale au centième (ce qui revient à la diluer 100 000 000 fois) ou bien une dilution à 9 DH revient à diluer 9 fois de suite une solution initiale au dixième (ce qui revient à la diluer 1 000 000 000 fois, donc 10 fois plus que la précédente) ; la dilution finale qui correspond au savoir-faire du fabricant imprègne ensuite un support neutre standard absorbé oralement (en pratique des petites globules ou granules blanches d'équivalent sucre) l'homéopathie est prise en compte ici seulement dans sa dimension industrielle pour l'automédication, c'est-à-dire avec des produits tout préparés dits complexes, disponibles dans toutes les officines en France ; l'homéopathie des solutions proposées sur mesure (ou vraie homéopathie, en fonction du «terrain» de chaque personne) n'est pas prise en compte dans «MonAutomedication.fr» : elle relève de la prescription de médecins homéopathes, voire de pharmaciens spécialisés ; l'efficacité de l'homéopathie a toujours été l'objet de controverses entre les opposants (tenants de la médecine par les preuves scientifiques) et les prosélytes (sur la foi de leur propre expérience) : le propos ici n'est pas de trancher pour les uns ou pour les autres, car à tout le moins l'homéopathie est, scientifiquement au sens de l'allopathie, aussi efficace que le placebo, c'est-à-dire suite à l'absorption de substances neutres, comme par exemple un succédané de sucre (le terme de placebo signifie «je plais», et le médicament placebo agit uniquement parce que l'on y croit.. . statistiquement en moyenne dans 30% des cas).. . et objectivement l'homéopathie n'est pas rejetable dans le cadre de l'automédication du fait qu'elle n'est pas dangereuse et que les maux bénins guérissent le plus souvent tout seul (avec du temps pour des gens aux défenses naturelles normales) ; en outre l'homéopathie est exclusivement distribuée dans les pharmacies... et des centaines de milliers de personnes en France en sont satisfaites chaque année éviter de tenir les globules, voire les granules, avec les doigts, par hygiène, et aussi pour ne pas coller les principes actifs sur la peau ;
éviter, même si la question n'est pas tranchée par les experts, d'absorber des produits homéopathiques en même temps que de la menthe ou du café (laisser passer une demi-heure), à la suite des préceptes de Samuel Hahnemann, fondateur de l'homéopathie
naturo médication par les produits naturels la naturothérapie recherche la santé par la nature, en visant à rééquilibrer le fonctionnement de l'organisme par des moyens naturels (alimentation, hygiène de vie, phytothérapie, massages, exercices, etc.), notamment en se focalisant sur les désordres psycho-émotionnels (médecine basée sur la théorie des humeurs, une ancienne théorie de la médecine en Grèce antique) des médecins, également spécialistes naturopathes, existent en France (attention, ce métier n'est pas réglementé et son exercice est libre en France : ne pas suivre, pour l'automédication, les naturopathes non médecins) ; la naturothérapie et la naturopathie sont parfois amalgamées, bien que différentes ; en savoir plus (plate-forme internationale) : Naturopathie Internet ; naturothérapie et nutrithérapie (ou médication par les compléments alimentaires) participent à des démarches conceptuellement proches se renseigner davantage sur la naturothérapie avant d'accepter les convictions-recommandations d'un(e) ami(e) ou d'un membre de la famille, pour que la démarche soit fondée sur une adhésion personnelle… par exemple par l'intermédiaire d'une association comme la Fédération Nationale des Associations d'Hygiène et Médecines Alternatives Naturelles (en savoir plus : FENAHMAN Internet)
oligo médication par les oligo-éléments l'oligothérapie consiste essentiellement en l'administration de catalyseurs, visant à corriger un dysfonctionnement métabolique par le rétablissement de l'équilibre physiologique de la personne concernée ; de nombreux pharmaciens intègrent l'oligothérapie comme une spécialité supplémentaire, mais leur activité reste hybride ; quelques métaux ou métalloïdes (des éléments inorganiques, c'est-à-dire non vivants), en nombre limité, existent en quantité très faible dans l'organisme et, même s'ils ne peuvent être fabriqués par le corps humains (à l'instar des vitamines), ils sont indispensables à la vie : par exemple, le fer, l'iode, le cuivre, le zinc, le manganèse, le fluor, le cobalt, le phosphore, le sélénium, l'aluminium, le nickel, le bismuth, le soufre (...) l'oligothérapie, fondée par le médecin Français Jacques Ménétrier à partir de 1932, est une discipline dont le nom signifie traitement par de très faibles quantités : les oligo-éléments sont naturellement présents dans l'organisme à dose infinitésimale, très faible (à l'état de trace, soit 0,01% du poids corporel pour chacun, ou encore 7 g pour un adulte de 70 kg) ; souvent les oligo-éléments (des métaux lourds ou des métalloïdes présents dans l'organisme en très faibles quantités) sont ajoutés aux produits standards de l'automédication (normalement, en cas de carence présumée) ; à noter que certains produits contenant une quantité notable de métalloïdes (par exemple, du magnésium, du phosphore, du zinc) ne sont pas classés dans l'oligothérapie, car les dosages sont trop élevés ; les produits d'oligothérapie sont présentés sous forme de sels liquides de métalloïdes, soit des gluconates (alors il faut garder le principe actif sous la langue pendant 1 à 2 minutes avant d'avaler), soit des pidolates (alors, par voie orale classique), soit sous forme colloïdale, comme les Granions (alors à diluer dans un verre d'eau, avant d'avaler la solution liquide obtenue) sucer lentement les produits d'oligothérapie, quand ils doivent être administrés par voie sublinguale (la solution contenant les oligo-éléments est gardée quelques minutes sous la langue afin de passer dans le sang) ; se rappeler que l'oligothérapie n'a rien à voir avec l'homéopathie, car même si les doses d'oligo-éléments prescrites sont extrêmement faibles, elles sont tout de même pondérables et loin d'être infinitésimales
organo médication par les organes homologues animaux et les hyper-dilutions l'organothérapie vise à soigner un organe malade par l'administration (à doses homéopathiques) de son homologue sain prélevé chez l'animal, dilué et dynamisé, ou bien d'extraits tissulaires et glandulaires humains (extraits placentaires) ; elle est considérée comme étant une technique de drainage, spécifique d'un organe ou d'un groupe d'organes un organe utilisé en dilution interagit alors sur l'organe homologue pour en réguler le fonctionnement ; il existe plusieurs centaines de souches organo-thérapeuthiques prélevées par des vétérinaires sur des animaux sains (porc, le plus souvent, mais aussi, mouton, bélier, bœuf, taureau, cheval,...) cf. homéo
phyto médication par les plantes la phytothérapie est la médecine par des plantes (dites plantes médicinales) qui possèdent des molécules actives à l'intérieur de leurs organes (fleurs, feuilles, racines,...) et peuvent selon des techniques chimiques (extraction, distillation,...) permettre l'isolation de principes actifs à incorporer dans des formes pharmaceutiques ; c'est une médecine traditionnelle encore massivement employée dans certains pays comme la Chine ou les pays en voie de développement ; de nombreux pharmaciens intègrent la phytothérapie et disciplines assimilées comme une spécialité supplémentaire, mais leur activité reste hybride les plantes médicinales sont incluses dans «MonAutomedication.fr» pour autant qu'elles sont fabriquées et conditionnées aux normes de qualité pharmaceutiques (contrôle des risques de contamination par des micro-organismes, par des métaux lourds, par des substances extérieures, contrôle des risques d'effets toxiques par une mauvaise identification de la plante utilisée, d'une teneur erronée en principes actifs) ; toute préparation à base de plante doit être certifiée quant à son origine, doit être garantie en terme de qualité (et de reproductibilité) de l'effet, doit être commercialisée dans le circuit officinal, doit être étudiée en terme de possibles interactions médicamenteuses ;
en savoir plus : Société Française de Phyto-Aromathérapie
ne jamais oublier que les extraits de plantes médicinales de la phytothérapie sont, comme les huiles essentielles (HE) de l'aromathérapie, des molécules actives (elles peuvent induire de graves effets secondaires) ; ne jamais acheter des produits de phytothérapie dans des pays en développement
thermo médication par la chaleur la thermothérapie consiste à employer la chaleur à des fins thérapeutiques, par hyperthermie induite localisée la thermothérapie n'est pas appropriée pour les contusions, élongations, déchirures, claquages (douleurs vives) et les douleurs articulaires, voire les maux de tête, migraines, saignements de nez, pour lesquelles le froid (cryothérapie) est préférable toujours bien distinguer les produits industriels associés au concept de thermothérapie (techniques éprouvées) et les méthodes revendiquées de thermothérapie par certains non-professionnels de santé (techniques charlatanesques)
cryo médication par le froid la cryothérapie consiste à employer le froid à des fins thérapeutiques, par hypothermie induite localisée la cryothérapie n'est pas appropriée pour les rhumatismes, l'arthrose, les courbatures, un lumbago, une douleur dorsale, une sciatique (douleurs lancinantes, chroniques), pour lesquelles le chaud (thermothérapie) est préférable toujours bien distinguer les produits industriels associés au concept de cryothérapie (techniques éprouvées) et les méthodes revendiquées de cryothérapie par certains non-professionnels de santé (techniques charlatanesques)
prépa magistrales médication par les préparations spécifiques une préparation magistrale est une solution d'automédication sur mesure, réalisée spécialement par le pharmacien pour s'adapter au mieux au profil de son client (historiquement, une préparation magistrale était préparée extemporanément dans l'officine, en fonction d'une formule détaillée prescrite par le médecin sur ordonnance et destinée à une personne précise) la démarche optimise la relation pharmacien-client (c'est du sur-mesure), mais elle est rare, non pas parce que les pharmaciens ne l'acceptent pas (manque de temps, stocks difficiles, coûts élevés, etc.), mais parce que les autorités de tutelle ont fortement contingenté les préparations magistrales et que parallèlement l'offre de produits industriels s'est tellement diversifiée qu'une réponse paraît presque toujours disponible et adéquate, même dans les cas les plus particuliers toujours accepter avec curiosité quand le pharmacien de confiance, à proximité, propose comme solution, une préparation magistrale (même si les préparations magistrales ne peuvent être listées sur «MonAutomedication.fr») ; se rappeler que depuis un décret de l'Etat, à l'Automne 2009, les officines doivent s'inscrire pour pouvoir désormais réaliser des préparations magistrales (et qu'en pratique un nombre extrêmement réduit d'officines a engagé la procédure en Juin 2010), ce qui rend la stratégie en voie de disparition

MISE EN GARDE : rappel : toute pathologie grave doit être exclue du champ des médecines alternatives

Actualisation: 16-Octobre-2010
Lire attentivement les PAR, Principes d'une Automédication Réussie
Demander toujours conseil au Pharmacien-Conseil de confiance, à proximité
Si les symptômes persistent, consulter sans tarder le Médecin-Traitant

Avertissement : compte tenu des limitations bien connues de la communication virtuelle via Internet (à côté d'atouts incontestables) et des risques incontournables d'obsolescence encourus par toute information scientifique, l'utilisation du site Internet «MonAutomedication.fr» par un internaute-visiteur doit prendre en compte les réserves suivantes : (1) l'information fournie, synthétique, non exhaustive, volontairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, doit être obligatoirement validée et éclairée par la relation face-face avec un professionnel de santé, notamment le pharmacien-conseil (l'information ne peut en aucun cas se substituer à cette relation directe essentielle, technique et humaine), (2) la responsabilité des conséquences dommageables résultant d'une information manquante, d'une erreur, d'une obsolescence, d'un défaut d'actualisation ou d'une mauvaise compréhension, ne peut en aucune manière être imputée au présent site Internet
Mission : le site Internet «MonAutomedication.fr» a pour objectif de stimuler un dialogue concret, éclairé et équilibré entre le consommateur-internaute et le pharmacien-conseil, pour une stratégie raisonnée de santé personnelle et une automédication responsable face aux petits problèmes de Santé de la vie courante, par une information de qualité, synthétique, pratique, actualisée et rapide, mais intentionnellement incomplète et simplifiée, clairement limitée aux besoins pratiques de l'internaute-visiteur, et non individualisée en fonction de profils personnels